Mon Petit Balcon : le projet nanterrien écolo mais pas bobo d’Anaïs Kali !

par / Aucun commentaire / 18 mai 2017

Mon Petit Balcon est une jeune entreprise verte qui vient de lancer récemment une campagne de crowdfunding (financement participatif) pour développer le jardinage en milieu urbain et plus précisément sur les balcons d’appartement. C’est un coup de cœur auquel nous tenons particulièrement car il vient de notre ville – Nanterre – mais aussi parce qu’il nous sensibilise pour une cause noble et juste qui est l’écologie. Nous avons rencontré Anaïs Kali (photo ci dessus), fondatrice de cette initiative pour parler jardinage, botanique… sans se planter ! 

WANA : Vous dites que vous n’aviez pas la main verte il y a 3 ans et aujourd’hui vous lancez votre première campagne de crowdfunding sur la botanique. Comment est arrivée cette passion ?

Anaïs Kali : Il y a trois ans, j’ai reçu des graines de haricots verts à faire pousser. À cette époque, je n’avais pas la main verte ni de jardin, mais j’étais curieuse. Alors je me suis lancée le défi de les faire pousser sur mon balcon. J’ai commencé par chercher des infos sur Internet, mais le vocabulaire était trop technique. Finalement j’ai fait à ma manière et j’ai laissé faire la nature. L’expérience a été mitigée mais j’ai tout de même réussi à faire pousser quelques haricots verts sur mon balcon.

À partir de là, j’ai eu envie de tester d’autres plantes : basilic, radis, menthe, laitue, etc… Afin d’apprendre par moi-même. Aujourd’hui, mon balcon est envahi de plantes et je continue encore mes expérimentations car on a jamais fini d’apprendre à jardiner. C’est cette curiosité et cette envie d’apprendre que je veux transmettre à travers ce projet.

Crédits photo : Mon Petit Balcon

W : Comment l’aventure « Mon Petit Balcon » a-t-elle germée ?

AK : L’idée de lancer monpetitbalcon.fr a germé à la fin de mes études en 2015 et suite à mon expérience avec les haricots verts. Lorsque j’ai cherché des informations sur Internet, j’ai trouvé peu d’articles sur la façon de créer un petit potager sur balcon alors je me suis dit qu’il était temps de lancer un site dédié à ce sujet. Je me suis appuyée sur mes expériences en communication et gestion de projet web pour imaginer un site de la graine à l’assiette : des conseils en jardinage, des recettes et des “Do It Yourself” à portée de tous.

Crédits photo : Mon Petit Balcon

W : Pourquoi cette idée de jardiner sur un balcon ?

AK : Je n’ai pas eu l’occasion de vivre dans une maison avec jardin. Et lorsque l’on vit en appartement, le balcon est la principale fenêtre sur l’extérieur. Durant plusieurs années, le mien est resté vide. Alors un jour j’ai profité de cet espace pour mes expérimentations végétales.

Au début je pensais que cultiver des fleurs sur un balcon était réservé aux personnes âgées. Aujourd’hui je prends plaisir à cultiver et récolter des fleurs comestibles sur le mien.

Crédits photo : Mon Petit Balcon

W : Est-ce que cette cause a changé votre façon de vous alimenter ?

AK : Oui, ma façon de m’alimenter a changé depuis que j’ai créé mon petit potager sur balcon. Je suis plus sensible au fait de manger en suivant les saisons car maintenant je comprends mieux cette notion. Lorsque j’ai goûté la première tomate qui a poussé sur mon balcon, je me suis rendue compte que toutes celles que j’avais mangé auparavant n’avait pas vraiment de goût en comparaison. Alors aujourd’hui je privilégie les produits de qualité et si possible qui ont poussé près de chez moi. J’essaie aussi de consommer quelques produits bios dans la limite de mon budget.

Et petite confidence, il y a quelques années je mangeais très peu de légumes. Depuis que je vois comment ils poussent sur mon balcon, cela me donne plus envie d’en mettre dans mon assiette !

W : Vous souhaitez récolter près de 8000 euros pour votre campagne. A quoi vont-ils servir ?

AK : Les 8000 euros serviront en priorité à commander tous les produits qui seront glissés dans le coffret du jardinier écolo mais pas bobo. J’ai sélectionné des objets qui aident à avoir la main verte et à adopter un mode de vie plus sain.

Crédits photo : Mon Petit Balcon

Si l’objectif est dépassé, je pourrai aussi développer d’autres projets comme des ateliers jardinage pour débutants, louer un lieu de stockage et des bureaux adaptés à mon activité.

Enfin, 1% de la somme récoltée sera reversée à une association qui lutte pour la préservation de environnement. Ce sont les participants à la campagne qui choisiront cette association.

W : Avec quel(s) argument(s) comptez-vous sensibiliser les citadins à investir dans ce projet ?

AK : J’espère leur donner envie de cultiver des fraises et des tomates qui ont poussé à deux pas du canapé. C’est bête comme chou de cultiver de la menthe pour réaliser un bon thé ou un taboulé. Ainsi, j’aiderai les citadins à se lancer afin qu’ils puissent aussi profiter de ces saveurs.

En devenant acteur de ce projet, les citadins feront aussi partie d’une communauté de jardiniers prêt à s’entraider pour avoir la main verte. Soutenir ce projet c’est soutenir le développement d’une jeune entreprise du 92 qui a vu le jour entre les tours Aillaud et le quartier Berthelot.

W : Que contiendra le « coffret du jardinier écolo mais pas bobo » ?

AK : Il contiendra des graines pour faire pousser des plantes comestibles sur un bacon, une terrasse, un rebord de fenêtre ou même dans la cuisine, un savon 100% naturel pour prendre soin des petites mains vertes, une pochette à vrac pour ranger, une huile essentielle pour prendre soin de ses plantes au naturel ou donner une saveur fleurie aux pâtisseries, un accessoire pour jardiner en toute simplicité. Et une bonne dose de conseils et de découvertes pour jardiner sans se planter.

Crédits photo : Mon Petit Balcon

W : Est-ce que vous envisagez un jour de planter des graines ou des plantes africaines comme le manioc ou la banane plantain ? 

AK : (Sourire) Et bien c’est déjà fait en quelque sorte. Je ne sais pas si un jour je pourrais manger des bananes MADE IN Mon Petit Balcon mais j’ai un petit bananier dans mon salon, un avocatier et et des petites patates douces. Alors rendez-vous dans trois ans pour la première récolte !

Crédits photo : Mon Petit Balcon

Suivez Mon Petit Balcon sur :

Laisser un commentaire