Halima Aden, de réfugiée à top model international !

par / Aucun commentaire / 28 juin 2017

Remarquée pour s’être présentée voilée lors de l’élection de Miss Minnesota en défilant notamment vêtue d’un burkini devant le jury, Halima Aden est un mannequin américain d’origine somalienne. Ancienne réfugiée, elle représente une nouvelle forme de beauté : décomplexée et issue de la diversité.

D’un camp de réfugiée à IMG Models : le parcours de Halima Aden

Halima Aden est une jeune américaine qui n’était pas forcément prédestinée à évoluer dans l’univers de la mode. D’origine somalienne, elle est née dans un camp de réfugiés au Kenya. Arrivée à l’âge de six ans aux États-Unis, elle est aujourd’hui étudiante à l’université américaine de Saint Cloud (Minnesota). Femme atypique, du moins pour le monde dans lequel elle évolue, Halima Aden s’est investie d’une mission. Pour elle : « chaque jeune fille mérite d’avoir un modèle dans lequel elle puisse se reconnaître, par les habits, la couleur ou les caractéristiques physiques. Pour moi, la beauté est accessible à chacun. Tout le monde peut être beau, il suffit d’avoir confiance en soi. » Grâce à elle, une partie non négligeable de petites filles dans le monde ont enfin la possibilité de s’identifier  à une  personnalité dans l’univers du mannequinat.

Celle qui a officiellement démarré sa carrière il y a quelques semaines à peine, joue désormais dans la cour des grands. Très honorée de pouvoir représenter sa religion dans le monde de la mode, Halima Aden ne manque pas une occasion pour le faire savoir : « je veux véhiculer un message positif sur la beauté, la diversité et montrer aux autres jeunes femmes musulmanes qu’il y a de la place pour elles ». Son message est d’ailleurs salué par des milliers d’internautes et autres patrons d’agence. A l’image d’Ivan Bart, président de l’IMG Models, l’une des plus célèbres agences de mannequins au monde qui représente entre autres Gigi Hadid et Gisele Bündchen, et qui a signé le premier contrat de Halima.

Halima Aden, un mannequin de première

À seulement 19 ans, Halima Aden ne cesse de bousculer les codes de la mode. Depuis ses débuts, la jeune américano-somalienne enchaîne les premières mondiales. Première Somalienne d’origine à participer au concours de Miss Minnesota USA en novembre dernier. Première femme à défiler en hijab et en burkini lors d’un concours Miss USA. Premier mannequin voilé à défiler pour les plus grandes marques lors de la Fashion Week de New York et de Milan. Enfin, en ce mois de juin, elle est devenue la première femme noire et voilée en couverture d’une édition de Vogue. Halima Aden est la cover star de l’édition du mois de juin de Vogue Arabia.

Halima Aden a tout pour faire parler d’elle et occuper l’actualité. Son histoire personnelle est faite de symboles. A bien des égards, elle représente un combat. Elle est une ancienne réfugiée ayant obtenu la nationalité américaine, le rêve de tant de personnes fuyant les difficultés de leur pays d’origine. Elle est une femme noire dans un milieu où la couleur de peau peut parfois s’avérer être un frein. Elle est une musulmane qui s’assume et qui porte le voile. Bien plus qu’un vêtement, ce tissu est un symbole, perçu par les uns comme l’allégorie de la domination de la femme par les hommes et pour les autres comme vecteur d’identité et d’humilité. Mais apprécier Halima Aden pour ce qu’elle représente c’est mettre au second plan ce qu’elle est réellement : une femme belle, forte, indépendante et ambitieuse. Ce n’est pas pour ce qu’elle représente qu’elle est l’une des figures du mannequinat de demain, mais pour ce qu’elle est !

Pour suivre Halima Aden :

Laisser un commentaire