Cheick Cissé de Bouaké à Rio, itinéraire d’un taekwondoiste en or !

par / Aucun commentaire / 17 janvier 2017

Ce soir la WANATeam va parler de sport, et plus particulièrement de taekwondo ! Nous allons parler de Cheick Cissé, taekwondoiste ivoirien médaillé d’or aux derniers JO de RIO en moins de 80 kilos ! Une grande première dans l’histoire de l’Afrique devenant le seul athlète africain ayant glané un titre olympique en taekwondo, retour sur le parcours du champion !

Cheick Cissé : ses débuts, le Karaté, son père et le Taekwondo

Né en 1993 à Dar-es-Salam, un quartier populaire de Bouaké, au centre du pays, Cheick Cissé, commence son parcours marital en faisant ses premiers pas sur un tatami avec le “Karaté shotokan ryu”, un dérivé du karaté traditionnel qui est un art martial japonais.

Son père, Abdel Kader le pousse à s’initier à ce sport qu’il n’a lui-même jamais pu exercer.« L’autorité de mon père, ça a été dur mais j’en suis aujourd’hui très reconnaissant », reconnait volontairement celui qu’on surnomme « Polozo ».

C’est à l’âge de 7 ans que l’athlète ivoirien va rencontrer le sport qui va faire de lui le futur champion olympique lorsque qu’il déménage dans le quartier de Koumassi, à Abidjan.

Abdel Kader cherche à parfaire l’entraînement martial de son fils et lui trouve des cours de taekwondo. « Je ne faisais pas vraiment la différence avec le karaté à l’époque. L’important, c’était qu’il continue ».Il découvre sa passion pour le taekwondo et sous la houlette de son père, il commence un entrainement acharné au sein du club INEKA où il y rencontrera son maître, Lucien Kragbé. Il fera partie des 400 000 licenciés de la Fédération ivoirienne de taekwondo, là où ses prestations en compétition seront repérées.

Entrainement acharné et espoirs de titre olympique

En 2009, Cheick Daniel Bamba, 5e dan de taekwondo, est élu à la tête de la FITKD, et n’a qu’une seule idée en tête, celle d’offrir une médaille olympique à son pays. Avec Lucien Kragbé ils créer un « club d’élite ». Avec son maître, du vendredi au dimanche soir, ils mettent en place un programme draconien. « Je me suis entraîné tous les week-ends sans exception, dans des conditions très difficiles, levé à 5 heures pour l’entraînement, couché tard pour analyser les vidéos de mes performances. » L’athlète obtient son bac et gravit les échelons jusqu’à la Coupe du Monde par équipe de 2013, à Abidjan, où il décroche l’argent dans la catégorie des moins de 80 kg.

Suivant un double programme « Polozo » ne vit que pour le taekwondo et s’entraîne sans relâche. « Il n’a jamais pris de congé, il voulait toujours être au plus haut, à tel point qu’il a fallu le canaliser. Généreux dans l’effort, très discipliné, nous l’avons fait voyager pour qu’il affronte les ténors et soit à l’aise dans les grandes compétitions.» se remémore le président de la FITKD. En 2014 et 2016 il décroche l’or aux Championnats d’Afrique de 2014 et de 2016.

2016, la consécration à Rio

Nous sommes le 19 août 2016, date de la finale Olympique de taekwondo dans la catégorie des moins de 80 kilos. Il ne reste qu’une seconde et Cheick Cissé est mené d’un point, et c’est à ce moment-là qu’il déclenche un mondolyo tchagui (coup de pied retourné) à la tête de son adversaire le Britannique Lutalo Muhammad. Une seconde qui a fait basculer l’athlète peu connu en star mondiale.

Cheick Cissé n’est pas rassasié de sa victoire à Rio. Il prépare déjà les prochains JO de Tokyo en 2020 où il espère conserver son titre et rentrer un peu plus dans l’histoire du sport de l’Afrique et du taekwondo.

Avec les très bons résultats obtenus par les combattants africains dans cette épreuve, l’image du taekwondo en Afrique a clairement évolué depuis 2016. Très peu mise en avant au détriment des sports « phares » en Afrique tels que le karaté, le judo ou la boxe , le taekwondo africain a montré que par son imprévisibilité et sa technique et son coté acrobatique, il peut dominer ce sport. Pour les prochaines années l’Afrique risque de devenir un rival sérieux pour le monde du taekwondo.

Suivez Cheick Cissé :

Laisser un commentaire