WANAWeek : ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine !

par / Aucun commentaire / 29 octobre 2017

La WANATeam vous propose chaque semaine un article qui recense les actualités WANA qu’il ne fallait pas manquer dans WANAWeek. Aujourd’hui dans WANAWeek : le parcours du Mali lors de la Coupe du Monde des moins de 17 ans au Football, la rencontre entre Anthony Joshua et Carlos Takam, le festival « Afrique du rire » entame sa première tournée, le Burundi devenu le premier pays africain à quitter la CPI et l’événement Discop en Afrique du Sud !

Le Mali, 4ème de la Coupe du Monde U17 de Football

La 17ème édition de la Coupe du Monde des moins de 17 ans, qui se déroulait en Inde, a touché à sa fin ce Samedi 28 octobre avec la victoire de l’Angleterre face à l’Espagne (5-2).

Le Mali fut le meilleur représentant africain cette année. Après avoir effectué un formidable parcours, les jeunes maliens emmenés par Jonas Komla ont d’abord échoué en demi-finale face à l’Espagne (3-1), avant de s’incliner ce Samedi pour le match de la 3ème place contre le Brésil (2-0). Auteur d’un football spectaculaire (16 buts marqués durant le tournoi), le Mali n’aura pas réussi à faire aussi bien qu’en 2015 où ils avaient perdu en finale face au Nigéria.

Championnat du monde de boxe poids lourds : l’affiche Joshua-Takam

On s’attendait à un match facile pour le champion en titre des poids lourds de Boxe anglaise Anthony Joshua, mais c’était sans compter sur le valeureux franco-camerounais Carlos Takam, auteur d’un combat plus qu’honorable ! Le combat a eu lieu ce Samedi 28 octobre au Millenium de Cardiff et s’est soldé par une victoire du champion britannique au 10ème round, sur une décision plus que litigieuse de l’arbitre de la rencontre. Malgré la supériorité du Nigérian d’origine, Takam semblait en mesure de poursuivre le combat lorsque l’arbitre a pris la décision d’arrêter le match. Le natif de Douala a fait part de sa frustration après la rencontre (frustration partagée par le public qui souhaitait voir la rencontre se poursuivre), avant de réclamer une revanche. Aura-t-elle lieu ? En tout cas la question mérite d’être posée compte tenu de sa prestation !

Le festival « Afrique du rire » entame sa première tournée

 

Initié par Tahar Lazrak, alias Oualas, et coproduit par Reda El Bradi, sous le Haut Patronage du Roi Mohammed VI, la première édition du festival « Afrique Du Rire » se tiendra du 2 novembre au 15 décembre 2017 dans les plus grandes villes africaines. La tournée sera tout d’abord lancée au Maroc, à Casablanca les 2 et 3 novembre puis à Rabat, Tanger, Marrakech et Dakhla.

Le festival s’envolera ensuite à Ouagadougou au Burkina Faso le 30 novembre, à Abidjan en Côte d’Ivoire le 10 décembre et enfin à Libreville au Gabon le 15 décembre. Au total, plus de 11 villes et 5 pays accueilleront l’évènement. 27 artistes feront partie de cette aventure comme Oualas (Maroc /Côte d’Ivoire), Michel Gouhou (Côte d’Ivoire), Mamane (Niger), Digbeu Cravate (Côte d’Ivoire), Phill Darwin (République du Congo), Eko (Maroc), Yass (Sénégal), Amine Radi (Maroc), Jöel (Côte d’Ivoire), Omar Defunzu (Gabon), (Maroc), Samia Oroseman (Tunisie) et bien d’autres encore.

Le Burundi devenu le premier pays africain à quitter la CPI

 

Le Burundi est devenu vendredi le premier pays africain à quitter la Cour Pénale Internationale, un an après avoir notifié son départ à l’institution judiciaire. Si le pays de l’Afrique de l’Est a accusé la CPI de cibler les leaders africains, Fadi El-Abdallah, le porte-parole de la CPI, a déclaré à la BBC, que ce retrait n’affectera pas les enquêtes que mène la Cour au Burundi. Septembre dernier, la Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi a accusé le gouvernement de commettre des crimes contre l’humanité, incluant des exécutions et des tortures, des viols et des disparitions forcées, et a appelé la CPI à ouvrir une enquête dès que possible. L’Afrique du Sud et la Gambie ont également menacé de se retirer de la CPI l’accusant, comme Kigali, de cibler injustement des pays africains. Le pays de Pierre Nkurunziza (photo) devient ainsi le premier État africain (ils étaient 34) à se retirer de la juridiction pénale internationale.

Discop en Afrique du Sud : une édition centrée sur le dessin animé made in Africa

 

Le 25 octobre dernier a eu lieu à Johannesburg l’événement « Discop ». Comme pour les précédentes éditions, d’importants acteurs et personnalités de l’industrie de la production étaient présents lors de cette édition (1200 acteurs issus de 70 pays étaient attendus pour acheter ou vendre plus de 10 000 heures de contenu). Cette édition a pour particularité de se concentrer en particulier sur les dessins animés conçus en Afrique.

Patrick Zuchowicki, directeur de Basic lead, qui organise le Discop a déclaré à l’agence Écofin que c’est la première fois qu’un aussi grand nombre de producteurs et distributeurs de contenu made in Africa étaient rassemblés pour le même événement (plus de 450 producteurs et 30 distributeurs subsahariens présents à côté de 150 distributeurs internationaux). De nombreux sujets ont été évoqués lors de cette événement comme les progrès de la technique africaine, mais surtout « la révolution du streaming » le sujet phare de cet événement, qui au fil des années a su devenir un événement planétaire reconnu.

Plus d’informations sur le site de l’événement.

Rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles brèves dans WANAWeek !

Laisser un commentaire