WANAWeek : ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine !

par / Aucun commentaire / 16 juillet 2017

La WANATeam vous propose chaque semaine un article qui recense les actualités WANA qu’il ne fallait pas manquer. Aujourd’hui dans WANAWeek : Akon qui investit dans une plateforme de téléchargement sénégalaise, lancement d’un programme de mobilités académiques intra-africaines, un clip béninois contre le mariage forcé et le festival Afropunk qui met le cap sur l’Afrique.

Akon va racheter 50% de la plateforme de téléchargement « Musik Bi ».

Le rappeur américano-sénégalais Akon a annoncé vouloir racheter 50% des parts de la plateforme de téléchargement de musique « Musik Bi ». Lancée depuis février 2016 au Sénégal par le groupe Solution Informatique Durable (Solid), l’objectif de la plateforme était de permettre à chacun de télécharger via un téléphone mobile ou un ordinateur grâce à son crédit téléphonique. « Je considère « Musik Bi » comme la plateforme du futur, d’envergure africaine », a assuré Akon. D’autres objectifs ont également été abordés comme le lancement d’un festival « Musik Bi », d’une chaîne de télévision et du développement du streaming.

Lancement du programme « MOUNAF » de mobilité académique intra-africaine.

 

L’université Moulay Ismail de Meknès a organisé au début de ce mois un séminaire pour présenter le programme de mobilité académique intra-africaine, intitulé « MOUNAF ». Ce programme est soutenu par la commission européenne sous l’action « Erasmus+/ Intra-Africa Academic Mobility Scheme ». Aux côtés des universités marocaines Cadi Ayyad de Marrakech et Moulay Ismail de Meknès, participent également au programme celles de Limpopo en Afrique du Sud, Jimma en Ethiopie, Eduardo Mondlane au Mozambique et Kisangani en République Démocratique du Congo. En profitant de l’assistance technique de l’Université de Hasselt en Belgique, le programme concerne une douzaine d’autres pays africains qui bénéficieront de bourses de mobilité vers les pays du consortium. Une initiative qui ouvre un champ d’opportunités pour beaucoup d’étudiants africains.

Des artistes béninois s’unissent contre le mariage des enfants.

Engagés dans la lutte contre le mariage des enfants et le mariage forcé, certains artistes béninois viennent de lancer un clip baptisé « Disons non au mariage des enfants ». C’est un collectif de 9 artistes à savoir Sagbohan Danialou, Angelique Kidjo, Don Metok, Zeynab, Dibi dobo, Sessimè, Norberka, Kalamoulaï et Olga Vigouroux qui ont travaillé pour la réussite de ce projet. Pour que le message puisse atteindre toutes les couches de la société, la chanson est faite dans plusieurs dialectes (le fon, le yoruba, le sahouè, le bariba). « A travers cette chanson, nous voulons faire comprendre à tout un chacun et à tous que cette pratique doit disparaître », déclaré Zeynab, porte-parole des artistes engagés et ambassadrice de l’UNICEF au Bénin.

Le festival Afropunk met le cap sur l’Afrique du Sud.

Le festival Afropunk, installé à New York, à Atlanta, à Londres et à Paris, organisera sa première édition sur le continent africain l’hiver prochain, à Johannesburg, en Afrique du Sud. Le 30 décembre prochain, Afropunk prendra donc ses quartiers au pays de Mandela : « Nous n’allons pas nous arrêter là, nous pensons déjà au Ghana, au Nigeria, au Kenya, à la Côte d’Ivoire et j’en passe ! » prévient Matthew Morgan, un des organisateurs du festival. En attentant la fin de l’année pour vous rendre en Afrique du Sud, vous pouvez assister à l’édition parisienne du festival Afropunk. Lancée hier, elle se terminera ce soir à La Villette.

Rendez-vous la semaine prochaine pour d’autres brèves WANA !

Laisser un commentaire