WANA Hall Of Fame : le mur de la gloire de nos rédacteurs ! (Part 1)

par / Aucun commentaire / 5 août 2019

A l’occasion de notre anniversaire, la rédaction de wanacorp.fr vous propose durant ce mois son WANA Hall Of Fame. Un recueil des moments forts qui ont marqué notre équipe sur le site et dans l’Histoire du continent africain. On commence notre série avec un des fondateurs, Gilchrist LAWSON.

Ton article préféré sur le site ?

On a écrit pas mal d’articles en quatre ans mais celui-ci a une place particulière dans mon histoire avec WANA. On voulait frapper un grand coup pour notre 1er anniversaire et on voulait une personnalité d’envergure sur le continent africain. Aussi surprenant que cela puisse paraître, mais au moment où nous faisons cette demande d’interview, nous sommes à mille lieues de penser que Beynaud allait l’accepter ! A partir du moment où le processus se met en place, toute la WANATeam s’est donnée à fond pour avoir les retours de l’artiste et de son manager. Et durant le mois d’août, on réalise cette interview et la phrase d’accroche est sortie tout naturellement qu’on a senti que ça allait faire du bruit !

Je remercie énormément Serge Beynaud de s’être prêté au jeu et d’avoir partagé cet article sur ses réseaux sociaux. En relisant l’interview, on y découvre l’homme derrière l’artiste à succès et aussi une sensibilité inédite sur l’avenir du continent. En termes de visibilité, cela nous a permis de prendre une autre dimension et de connaitre un succès d’estime qui ne s’est jamais démenti au fil du temps, surtout dans notre expertise musicale. C’est mon article préféré parce qu’il résulte d’un travail collectif, d’une Team qui est toujours restée soudée dans son activité.

Ton exploit sportif WANA préféré ?

Sportivement, cette course est l’une des plus grandes de tous les temps à plus d’un titre : battre un record du monde sur du demi-fond, sans lièvre et en faisant la course en tête du début à la fin le jour de la finale des Jeux Olympiques devant des milliards de téléspectateurs, c’est un moment unique dans l’Histoire du Sport. La course parfaite au moment parfait. Wayde Van Niekerk l’a fait aussi à Rio en 2016 sur le 400m mais la dimension tactique sur un 800m est plus importante que ce qu’a fait Rudisha est un fait irréel quasiment.

Je n’ai pas hésité une seule seconde sur ce choix. C’est même l’exploit qui m’a le plus marqué et ému dans ma vie. Pour plusieurs raisons : j’étais à Londres pour ces JO, j’ai pu vivre l’atmosphère olympique indescriptible qui ressortait de cette ville fantastique. En tant qu’Afrodescendant, voir le plus grand moment des ces Jeux réalisé par un si grand champion africain (devant Bolt, Phelps…) a été une immense fierté pour moi.

Ton artiste WANA favori ?

  • Rachid Taha (Algérie-France)

Il y a tellement d’artistes à mettre, je pourrais en faire des dizaines de listes mais s’il faut en choisir un, ce serait Rachid Taha. C’était l’artiste engagé, panafricain, à la personnalité forte et truculente par excellence. Il a tellement fait pour le rai et le rock un peu partout dans le monde qu’il doit être honoré par notre mémoire. Au delà de l’aspect musical, c’est sa vision du monde, son verbe subversif qui m’a marqué chez lui. Il a toujours fait partie du décor chez moi, je l’écoutais beaucoup s’exprimer en plus d’écouter sa musique.

Avoir le courage de reprendre le “Douce France” de Charles Trenet dans les années 80, de relancer le mouvement chaâbi en reprenant “Ya Rayah”, faire ce mythique concert 1,2,3 Soleils avec Cheb Khaled et Faudel ou reprendre “Rock the Casbah” des Clash…. Sa carrière a eu une reconnaissance au delà des frontières algériennes et françaises. Le morceau à titre posthume “Je suis Africain” dresse également un Mur de la Gloire africain comme on les apprécie ici. Et nul doute que Rachid Taha figure parmi nos inspirations africaines, en tout cas il est dans mon Hall of Fame.

Ta personnalité politique WANA ?

Le Capitaine Thomas Sankara est la personnalité politique que bon nombre d’entre nous auraient aimé rencontrer dans leur vie. Son destin tragique et notre jeune âge nous ont empêché d’envisager ce rendez-vous. Je ne pense pas être seul à penser qu’il a été une source d’inspiration pour ses contemporains et les générations suivantes dans la quête de l’émancipation de l’Afrique et de ses habitants. On a tant dit et raconté sur lui ou son régime qu’il en est devenu un mythe, un héros du XXe siècle pour tous ceux qui sont épris de panafricanisme, de féminisme, d’anticolonialisme, d’anticapitalisme, d’écologie…

C’est vrai qu’ici nous essayons de parler avec parcimonie de politique, afin d’éviter d’entrer dans les jeux partisans qui divisent nos peuples. Mais il y a de ces modèles qui donnent de la force pour définir notre mouvement, et Sankara en fait partie. J’ai même envie de dire qu’à titre personnel WANA est l’héritage de la mémoire de cet homme intègre : un esprit positif, tourné vers l’avenir, fier de ces racines tout en étant ouvert sur le monde.

Ta découverte WANA favorite depuis 4 ans ?

Faire la connaissance de Fred Ebami a été un vrai coup de cœur en termes de rencontre. Ce n’était pas moi qui avait dressé son portrait d’ailleurs mais je me suis pris de curiosité pour ses œuvres et son histoire personnelle. Et de ce qui en ressortait, j’ai vite compris qu’il était “des nôtres”, que l’on pouvait nous – enfants de la diaspora, issus des quartiers de banlieue – s’identifier à lui car il est parti de nulle part, comme nous. Mais ce qui nous a surpris c’est sa disponibilité et son envie de transmettre de la force et son expérience.

On a pu le rencontrer à plusieurs reprises à des événements, en entretien autour d’un café et on a très souvent échangé avec lui sur sa vision du monde, sur l’Afrique, son parcours, ses voyages à travers le monde pour présenter ses œuvres… Il est aujourd’hui un soutien important dans l’évolution de nos activités et j’espère que cela continuera par rapport à ce que l’on proposera dans cette 5e année qui s’annonce. Pour moi, il occupe une place majeure dans ce que deviendra WANA à l’avenir. Il y aura des surprises donc restez connectés !

Le Hall of Fame des autres rédacteurs :

Laisser un commentaire