Trevor Noah, (enfin) un comédien sud-africain qui cartonne aux USA !

par / Aucun commentaire / 12 juillet 2017

Vous ne le connaissez peut être pas mais cet homme fait sans doute partie des Africains les plus influents de la planète : le comédien sud-africain Trevor Noah a su s’imposer sur la scène continentale mais surtout aux Etats-Unis où il sévit dans la mythique émission satirique « The Daily Show » sur Comedy Central. Portrait d’un talent aux multiples facettes et à l’ascension fulgurante. 

Du stand-up au Daily Show

Sur son site Internet, la biographie de Trevor Noah l’autoproclame comme le « comédien ayant le plus de succès en Afrique », pourtant le public francophone méconnaît cet homme qui étrenne près de 15 ans d’une carrière qui a débuté dans son pays natal, lui le natif de Johannesburg. Comme de nombreux comiques, Noah commence sa carrière dans des émissions de radio en Afrique du Sud qu’elles soient satiriques, sportives ou sous le format des radios libres, Trevor révèle des capacités d’animateur hors pair qui vont le conduire à la télévision mais surtout sur scène. En effet, Noah devient au fil des années une référence parmi les comédiens de son pays, grâce à un humour sans vulgarité et rassembleur, quelque soient les générations. Car il y a un domaine où notre comique excelle : les imitations. C’est d’ailleurs en observant les parodies du président Mugabe (Zimbabwe) mais surtout de Jacob Zuma (Afrique du Sud) pour lequel Noah se fait un malin plaisir de l’imiter sur scène, que nous avons découvert son style consensuel mais parfois corrosif.

Son style ne va pas tarder à s’exporter en dehors de l’Afrique du Sud. Il tente sa chance aux USA en 2011 et devient le premier comédien sud-africain à participer au Tonight Show de Jay Leno puis au Late Show de David Letterman, deux émissions phares de ces programmes de fin de soirée dont les Américains raffolent. Son périple US continue avec une apparition à partir de décembre 2014 en tant que correspondant international du Daily Show, offrant un regard d’étranger – avec beaucoup de satire – sur la vie en Amérique. En mars 2015, il prend la tête de cette mythique émission sur la chaîne Comedy Central (celle de la série South Park). Une ascension fulgurante dans un show satirique qui passe en revue l’actualité américaine et internationale, un peu dans le style du Petit Journal sur Canal+ ou surtout de Quotidien sur TMC dont le Daily Show, porté durant 19 ans par Jon Stewart, a été la principale source d’inspiration. Trevor installe son style dans cette émission à succès et n’hésite pas à tailler quelques costards dans ses chroniques, comme par exemple un certain Donald Trump, alors en campagne électorale.

 

 Une notoriété internationale et la reconnaissance du public

Les débuts du comédien sont épiés, scrutés, décortiqués car passer derrière un « host » comme Jon Stewart n’est pas une chose aisée. Après des débuts difficiles, où certains de ses tweets font polémique sur les réseaux sociaux, le style Trevor Noah s’impose petit à petit au public américain. Le public africain, déjà conquis, le distingue lors de nombreuses cérémonies de prix comme « la personnalité de l’année » aux MTV Africa Music Awards en 2015 ou encore il est souvent plébiscité comme « meilleur animateur » pour les critiques américains, son Daily Show est souvent plébiscité comme l’un des meilleurs late-shows depuis son arrivée en septembre 2015.

Et cerise sur le gateau : celui est devenu intime avec John Legend ou encore Snoop Dogg (pour ne citer qu’eux) a reçu les honneurs de la Maison Blanche, étant invité par le Président Obama himself pour une interview de fin de mandat exclusive… De Soweto à Washington, le parcours de Trevor Noah est une irrésistible ascension.

Profondément (WAN)Africain

Né en Afrique du Sud il y a 33 ans, d’un père suisse et d’une mère sud-africaine d’origine Xhosa, Trevor a vécu tout petit le régime de l’apartheid. A une époque où les unions interraciales étaient bannies, il raconte dans son autobiographie « Born A Crime » son enfance à Soweto. Parfois abandonné tel « un vulgaire sachet de weed » – dit il avec une pointe d’humour par sa mère pour éviter la répression policière, il a été séparé de son père, retourné en Suisse. « Mes parents essayaient toujours de cacher le fait qu’ils étaient un couple. Et autant que dans le pays, des lois changeaient, quiconque sait de l’apartheid que ce que le gouvernement disait à la communauté internationale n’était pas ce qui se passait dans les rues (…) cette période était un combat dont je ne savais pas que j’en faisait partie. » Noah a même avoué avoir pleuré en écrivant son ouvrage, publié en 2016, en repensant à cette période.

Malgré tout, on peut sentir ce lien fort qui unit le comédien avec sa terre natale. Un lien qui se s’est jamais démenti en dépit de son exil américain, Trevor Noah semble être un fier Africain, savourant sa réussite de l’autre côté de l’Atlantique. C’est pour cette raison qu’il sera de retour cet été sur scène les 9, 10 et 11 août prochains à Jo’burg pour sa tournée sud-africaine, avant un retour pour une troisième saison du Daily Show.

Son histoire, son parcours et son avenir sont incontestablement un exemple pour la nouvelle génération de comiques africains et même pour les Africains en quête de porte-drapeaux un peu partout dans le monde.

Suivez Trevor Noah sur :

Laisser un commentaire