Avec le Kényan Mdundo, l’Afrique a trouvé son Spotify !

par / Aucun commentaire / 8 décembre 2018

Mdundo est un service de musique en ligne basé au Kenya, qui est aujourd’hui un acteur majeur de l’industrie musicale africaine avec 3,5 millions d’utilisateurs mensuels sur le continent. Une réussite impressionnante pour une société lancée en 2012 et qui ne comptait au départ qu’une partie de la communauté africaine. Partons à la découverte de cette plateforme qui ne cesse de grandir.

 Une plateforme musicale adapté au contexte africain

Le projet Mdundo est à l’origine un projet de Martin Nielsen, son cofondateur. C’est en 2012 qu’il s’installe au Kenya afin de travailler en tant qu’entrepreneur en résidence pour un fonds de capital-risque. Un jour, lors d’un échange avec ses collègues autour de l’impact que des services tels que Spotify avaient eu sur l’industrie musicale au cours des dix dernières années l’a inspiré à lancer un projet dans lequel il serait proposé des solutions musicales différentes, adaptées au contexte africain.

Martin Nielsen, cofondateur de Mdundo.

“Après les avoir quelque peu développées, nous les avons partagées avec certains musiciens kényans reconnus et une entreprise du pays. A notre grande surprise, des commentaires très positifs ont afflué des partenaires que nous avions approchés. Cela nous a tout naturellement motivé à mettre sur pied un prototype afin de tester la demande et, au bout d’un mois, notre produit s’est retrouvé sur le marché.” se satisfait Martin Nielsen.

Une plateforme musicale qui permet de rémunérer les artistes

L’objectif principal de Mdundo est de permettre aux consommateurs d’avoir un accès à tous les genres musicaux du continent, et ce tout en rémunérant les artistes. C’est l’atout principal de ce dernier, cela permet de lutter contre le téléchargement illégal de musique.

Pour les artistes africains, cela fait toute la différence car Mdundo peut promouvoir les artistes : « En Afrique, il n’y a presque pas de labels, de maisons de disques ni d’institutions qui récoltent et redistribuent les droits d’auteurs » rappelle Martin Nielsen. Mdundo va donc aller chercher directement à la porte des musiciens au Kenya, en Ouganda ou éventuellement au Ghana. Et grâce à ce mode de fonctionnement, en un peu plus de deux ans environ 7000 artistes nigérians se sont inscrits sur Mdundo et le catalogue actuel compte  plus de 50 000 artistes, originaires de dix pays africains dont les plus populaires peuvent toucher jusqu’à 4000€ par an.

“Nous sommes aujourd’hui parmi les rares à proposer un catalogue composé de chansons provenant de l’Afrique tout entière. Nous assurons aux fans un accès plus facile à la musique et de meilleure qualité que les versions piratées à travers notre site et notre application, lesquels sont gratuits et disponibles sur Google Play Store”. Lancé avec l’aide de l’accélérateur d’entreprises 88 mph, Mdundo a récolté environ deux millions de dollars depuis son lancement en 2012 et signé un partenariat avec le géant Warner Music, lui permettant d’agrémenter son catalogue d’un million de titres internationaux.

Quels propositions pour l’avenir ?

Afin de pouvoir faire partie des meilleurs sur le marché, le cofondateur de Mdundo n’est pas inquiet pour l’avenir de son projet. La direction regarde du côté des grandes entreprises de télécommunications africaines pour relever le défi de la facturation et attirer de nouveaux utilisateurs : “Nous pensons à des formules qui proposeraient la 3G et de la musique en illimité pour un certains prix.” Cela se fait en Europe et je pense qu’il y a un réel potentiel ici”, avance Martin Nielsen qui se voit très optimiste pour les perspectives à venir de Mdundo.

Suivez Mdundo :

Téléchargez l’application sur :

Laisser un commentaire