SAWA Shoes : Avoir un peu d’Afrique à ses pieds !

par / 1 commentaire / 5 mai 2016

Mehdi Slimani a eu une idée de génie ! C’est surtout dans un pari fou dans lequel il s’est lancé avec SAWA Shoes. Avec cette entreprise créée en 2009, en compagnie de deux autres associés, il se met en tête de confectionner une marque de chaussures autoproclamée «100% made in Africa». Rien de mieux que des chaussures pour montrer que l’on est Africain, Afropéen ou amoureux de l’Afrique de la tête… aux pieds !

sawa shoes made in africa sawa shoes 2

Le projet de base, lancé au Cameroun, est très ambitieux. L’idée d’une chaussure panafricaine est privilégiée en assemblant du caoutchouc égyptien, du cuir marocain, des lacets tunisiens et de la toile camerounaise. Un effort qui s’avère non payant, notamment à cause de la difficulté à entreprendre en Afrique francophone, entre corruption et bakchichs.

Un nouveau modèle est conçu en 2011, et étant à la recherche d’un pays où s’implanter, l’entreprise SAWA trouve son bonheur dans un pays en passe de devenir le nouvel atelier du monde : l’Ethiopie. Il y a d’ailleurs de l’amharique (l’alphabet éthiopien) sur le logo, comme pour signifier cet attachement à ce pays où l’opportunité de faire du business est très intéressante pour un projet comme celui-ci.

A ce propos, Slimani confiant ceci au journal Libération en 2013 : «Au total, 95% de la matière est éthiopienne. Nous n’avons aucun expatrié. Toutefois, Sawa n’a aucune volonté de s’inscrire dans le commerce équitable. Cela me semble être un argument marketing misérabiliste de plus. Sawa est une basket produite en Afrique, c’est une fierté. Point.»

Un moyen d’expliquer qu’il n y a pas de honte à réaliser du profit sur le continent, sans avoir recours à des concepts marketing poussant le consommateur à entrer en empathie (voire être pris de pitié) pour le producteur africain. Les prix sur le site varient selon les modèles entre 25 et 139€.

sawa shoes 3 sawa shoes made in africa 2

La force du message que l’on lit d’entrée sur le site montre le choix militant que l’on fait en choisissant de porter des SAWA et c’est ce qui nous a poussé à écrire cet article.

Ce message le voici :

« On vous a toujours raconté de belles histoires sur l’Afrique : L’Homme de la Jungle, King Kong et son amoureuse en balade sur le toit de New York !!! Hakuna matata !!!

On n’oublie pas non plus les histoires pour les plus grands : les héros du FMI, les âmes charitables de la Banque Mondiale et les grands économistes convaincus que le Miracle Africain aura bien lieu…un jour ou l’autre. Le Monde adore l’Afrique. Le Monde chante pour l’Afrique. Le Monde offre à l’Afrique des stylos, vêtements, voitures…

Si pour rire, nous annoncions qu’il allait neiger en Afrique, nous enverrait-on des passe-montagnes et des snowboards? Le projet SAWA n’a à priori pas la générosité apparente de ceux qui utilisent l’Afrique comme faire valoir Sawa est avant tout une marque de mode qui a fait le pari de fabriquer ses chaussures en Afrique.

Toute la valeur ajoutée profite ainsi au continent noir. Cela s’appelle avoir le courage de ses opinions et de ses choix marketing.  

On nous dit ici et là que le climat de la planète est en train de se dérégler. Quand il neigera en Afrique nous serons prêts à produire les meilleures chaussures de ski …et les meilleurs snowboards ! »

Et le phénomène prend de l’ampleur assez rapidement et touche de nombreuses personnalités comme Oxmo Puccino ou les rappeurs de Public Enemy qui se chaussent en SAWA et n’hésitent pas à revendiquer leur attachement à la marque et surtout à l’Afrique :

On peut récemment ajouter les acteurs Roschdy Zem et Noom Diawara qui se sont rendus du côté de Château Rouge dans le 18e arrondissement de Paris pour arborer fièrement chaussures aux pieds leur soutien à cette initiative.

sawa shoes noom diawara sawa shoes roschdy zem

A ce jour, les SAWA se vendent en ligne mais aussi dans des points de vente en France, en Suisse, en Espagne, en Afrique du Sud et même en Corée du Sud ainsi qu’aux Etats Unis, preuve que l’amour du continent africain s’exprime partout dans le monde. Le succès de ses chaussures tordent (un peu) le cou aux clichés sur le contient selon Slimani qui, toujours dans Libération, a estimé que : «En gros, le Maghreb et l’Afrique du Sud sont intéressants pour les profits. Le reste, ce ne sont que des hommes qui courent à poil derrière des lions.» dans l’imaginaire européen et occidental.

En ce qui nous concerne, WANA a trouvé en SAWA Shoes son modèle pour marcher fièrement aux quatre coins du monde et souhaite s’inspirer de cette entreprise pour montrer aussi sa vision de l’Afrique et des Africains de demain.

Retrouvez SAWA Shoes sur son Site Internet , Facebook , Instagram et bientôt… à nos pieds !

One Comment

  1. […] Un peu d’Afrique… dans la mode occidentale ! […]

Laisser un commentaire