Regards d’Afrique : la tradition africaine du festival de court-métrage de Clermont !

par / Aucun commentaire / 9 février 2017

Depuis le 3 février, la ville de Clermont-Ferrand accueille le festival international du cinéma court-métrage où le programme Regards d’Afrique y tient une place de choix depuis près de 30 ans. Partons à la découverte de cette programmation qui fait initialement la promotion du cinéma d’Afrique subsaharienne francophone et qui s’est ouvert à l’ensemble du continent ces dernières années.

Regards d’Afrique, une place de choix à Clermont

Le film court est célébré dans la capitale auvergnate depuis le 3 février, ce festival jouit d’une réputation internationale depuis sa création en 1978. Un succès qui ne s’est jamais démenti, preuve en est l’année 2016 où les spectateurs se sont massés en nombre dans les salles obscures clermontoises (plus de 160 000 entrées) ainsi que de nombreux professionnels (3500 l’année dernière) pour apprécier les films en lice, sélectionnés parmi près de 8000 films. Difficile de faire encore mieux pour cette édition 2017 mais c’est le défi que se sont fixés les organisateurs en proposant un programme général varié et accessible à tous les publics.

Ce qui intéresse la WANATeam, c’est bien évidemment le programme “Regards d’Afrique”, programme qui met en lumière le cinéma court africain et ce depuis 1989. Cette programmation parallèle est devenue une tradition car elle émane de la volonté des organisateurs de défendre des films et des réalisateurs africains très peu connus en Occident. Cette cause aurait pu faire l’objet d’un focus occasionnel mais il a été décidé que Regards d’Afrique aurait sa place chaque année à Clermont, histoire de nouer une collaboration plus profonde avec ce cinéma africain qui regorge de talents et de (petites) histoires qui n’ont rien à envier aux autres cinémas venus des quatre coins du monde.

Une ouverture sur l’ensemble du continent

Initialement à destination du cinéma d’Afrique subsaharienne, le programme a voulu montrer la diversité créative du cinéma court métrage dans cette partie du continent en mettant l’accent sur l’Afrique francophone. Mais lors des dernières éditions, on a pu constater une ouverture vers des films venus de pays anglophones, lusophones ou encore arabophones. Toujours dans cet esprit de montrer cette diversité cinématographique de l’Afrique, Regards d’Afrique a su faire tomber les barrières linguistiques afin de se faire connaitre d’auteurs africains non francophones, ne pouvant pas forcément concourir pour le prix international du festival mais pouvant montrer leur art à un public français qui aime ce cinéma alternatif.

Cette année, le programme présente 10 films produits et réalisés sur l’ensemble du continent. On pourra y voir des films dont les histoires semblent assez réelles ou encore des créations mettant l’accent sur l’humour (noir), qui est le thème phare de cette 39e édition à Clermont-Ferrand. Certains films de la programmation ont attiré notre curiosité comme le film éthiopien “Im Hapanim Lakir” d’Alamork Davidian qui raconte l’histoire de Surreni, une jeune fille éthiopienne qui se réveille dans un centre d’intégration en Israël. On vous le concède, nous n’avons pas l’œil de spécialistes pour faire une critique pointue de ces films mais on vous conseille de lire l’article consacré à Regards d’Afrique par le site internet d’Africultures et par la Culturebox de France TV Info.

Mais la meilleure chose à faire c’est d’aller à Clermont et arpenter les salles de cinéma, dépêchez vous car le festival fermera ses portes ce samedi 11 février !

Pour plus d’informations sur Regards d’Afrique :

Laisser un commentaire