Raja Meziane, une voix algérienne engagée de retour !

par / 2 commentaires / 11 août 2017

Raja Meziane est une chanteuse algérienne. Particulièrement engagée, l’artiste est une révolutionnaire dans l’âme qui exprime sa colère à travers ses chansons. Depuis la République Tchèque, sa terre d’asile, elle revient avec un nouveau titre fidèle à son univers « Weswes ».

 Raja Meziane : belle et rebelle.

Remarquée et appréciée en 2007 après sa participation dans l’émission « Ahlane Wa Chabab », un télé-crochet musical algérien, Raja Meziane est une chanteuse au destin particulier. Celui que connaissent les plus braves. A 19 ans, belle et rayonnante, l’artiste était invitée sur tous les plateaux de télévision d’Algérie. Capable d’exprimer son talent à travers le rap, la pop et le chaâbi, sa voix douce a su séduire le grand public. Raja est une fille de Maghnia, une fille de l’ouest algérien, incapable de correspondre au concept si conventionnel et conformiste qui l’a fait connaitre. Une personnalité de feu qui ne mâche pas ses mots et ne masque pas ses convictions. Cette facette de sa personnalité, on l’a découvre à travers ses premiers albums. Le titre « Manish bent 3imlaq », présent sur son deuxième album de 2012, marque le début de sa carrière de chanteuse dérangeante et de rebelle. « Je ne suis pas la fille d’un géant » en français, ce titre dénonce un des fléaux de l’Algérie, la corruption. Une réalité qui empêche tant de jeune algérien de réaliser leurs rêves.

Raja Meziane entre colère et exil.

Exprimer sa colère, son désarroi et celui du peuple algérien ont fini par coûter à Raja Meziane. Selon elle, elle ne pouvait plus assurer sa carrière d’artiste en Algérie ni même le métier d’avocat auquel elle se prédestinait. « Les responsables du secteur de la culture n’ont pas fait que bloquer ma carrière artistique, mais aussi ma profession d’avocate », regrette-t-elle. Pour vivre complètement sa passion et être libre de ses paroles, l’artiste s’est réfugiée en République Tchèque. Cette colère, Raja Meziane la tient de son père : « J’ai été éduquée ainsi par mon père. C’était un révolutionnaire dans son esprit. Il ne cessait de me parler de révolutions dans le monde. C’est lui qui m’a inculqué cette culture et donné cette rage. Il m’a appris à dire non et à dénoncer l’injustice ». Une haine de la hogra, de l’injustice qu’elle exprime sur la situation en Palestine avec « ana Ghaza », « je suis Gaza » ou pour commémorer les victimes de l’esclavage dans sa collaboration avec le groupe Ouled Haoussa sur le titre Gouré (comprenez l’ile de Gorée).

Raja Meziane de retour avec «Weswes».

Attendu depuis quelques semaines, le nouveau single de Raja Meziane est disponible sur YouTube depuis le 4 août dernier. Le single, dont le clip a été tourné à Prague, est intitulé «Weswes» qui, en arabe, signifie «soupçons», voire «suspicions».  A travers ce titre de Raja Meziane, on ressent encore la colère et la rage qui la caractérise tant, mais pas seulement. Une certaine nostalgie et une frustration se dégagent de son clip et de sa voix, comme si l’Algérie lui manquait. Le pays lui manque certainement mais pas ceux qui le dirige. Dans « Weswes », Raja s’emporte contre la politique culturelle et le favoritisme en Algérie qui, selon elle, ont tenté d’étouffer sa voix. Au-delà du message qui en soi peut plaire et déplaire, être accepté et débattu, «Weswes» doit être apprécié artistiquement. A la fois pop et rock, le refrain en anglais fait le lien avec les couplets en arabe. Le titre est moderne, engagé, bon tout simplement !

Pour suivre et en savoir plus sur Raja Meziane :

2 Comment

  1. Raja meziane mérite cet beau article juste bravoo a toi la vrai algerienne

  2. Bravo ma diva vraiment une talentueuse

Laisser un commentaire