Avec Qotto, offrons de l’autonomie grâce au kit solaire !

par / Aucun commentaire / 6 novembre 2018

Partons à la découverte de Qotto, une start-up implantée au Benin et au Burkina Faso spécialisée dans l’installation de dispositifs photovoltaïques en milieu rural sur le continent africain. Financé selon un système de leasing auprès des clients, ce projet peut contribuer à améliorer la qualité de vie dans les milieux ruraux.

Origines de Qotto

L’origine de Qotto est liée à deux hommes : Jean-Baptiste Lenoir, 45 ans, diplômé de l’École supérieure d’informatique, électronique et automatique de l’ESSEC ; ainsi que de Fabrice de Gaudemar, 44 ans, diplômé de Polytechnique, qui sont respectivement président et directeur général de Qotto.

Jean-Baptiste Lenoir a travaillé dans l’industrie du Télécom jusqu’en 2003. Quelques années après, il sillonnait les pays d’Afrique comme le Kenya, la Somalie ou le Bénin. Quant à Fabrice de Gaudemar, lui a passé près de quinze ans au sein d’une société d’investissement.

Le déclic comme l’explique Fabrice de Gaudemar est survenu en Afrique : « J’installais des systèmes VSAT dans les ambassades de France en Afrique. C’est là que j’ai pris conscience de l’intérêt des systèmes autonomes, qui se développaient à grande vitesse pour les communications, mais qu’on peut aussi utiliser dans l’énergie »

Une idée commune qui a rassemblé les deux hommes

Avant de se lier avec Qotto, les deux co-fondateurs étaient chacun de leur coté entrepreneurs. Mais lors d’une rencontre en 2016, les deux hommes ont échangé leurs idées de développer quelque chose en Afrique qui pouvait avoir un impact positif pour les sociétés africaines, avec un projet d’électrification autonome, modulable qui sera conjugué à un niveau de services de qualité.

 

Après plusieurs mois de réflexion et de définition des rôles de chacun, les deux hommes se lancent dans le projet Qotto.

Qotto ou l’alliance d’une expertise de qualité et d’un réseau

Après cette période de réflexion, Jean-Baptiste Lenoir et Fabrice de Gaudemar  investissent 130 000 euros pour faire développer la partie électronique de leur système et fabriquer les 100 premiers kits aidés par la French Tech et BPI. Qotto dispose de différents kits tels que des panneaux photovoltaïques, des batteries, des lampes, des ports USB etc…

 

Comment ça marche ?

Pour bénéficier des services Qotto, un premier paiement de 30 000 F CFA (environ 45 euros) est nécessaire.  Les clients Qotto doivent s’acquitter d’un abonnement  mensuel allant de 11 000 F CFA pour la formule simple à 19 000 F CFA pour la formule avec télévision. A partir de là, chaque client est livré à son domicile et un technicien s’occupe de l’installation.

L’externalisation, un atout à ne pas négliger

Qotto n’hésite pas à externaliser certains corps de métier tels que la comptabilité, le juridique, le développement des systèmes, l’achat du matériel en Chine : « On travaille dans le monde d’aujourd’hui. Par contre, ce qu’on gardera toujours en interne, c’est la distribution et la technique, car notre credo veut qu’on soit très bons en exécution », précise Jean-Baptiste Lenoir. Et grâce à cette technique les fonds générés au Bénin par l’entreprise permettent de payer les salariés béninois.

Qotto réalise une très bonne phase de lancement même si les deux co-fondateurs ont dû s’adapter aux réalités du terrain en Afrique qui n’étaient pas celles qu’ils avaient prévus. Maintenant, le challenge de la firme sera de maintenir cette bonne dynamique afin pouvoir faire bénéficier dans de plus en plus d’espace ruraux en Afrique.

Suivez Qotto sur

Laisser un commentaire