Patoranking, nouveau roi de la Reggae-Dancehall africaine

par / 1 commentaire / 21 novembre 2016

Auteur d’une année 2016 exceptionnelle, Patoranking a répondu aux attentes car des espoirs étaient placés en lui. L’occasion pour nous de vous présenter cet immense talent !

Patrick Nnaemeka Okorie alias Patoranking a débuté sa carrière musicale en Novembre 2009 avec un single « dédié à toutes les belles femmes noires du globe » intitulé « So Nice ».  Il apparaît alors dans un registre de reggae pur, sur les traces de Bob Marley, de Buju Banton ou encore de Lucky Dube ; illustres prédécesseurs du genre, qui font également offices de principales influences musicales du natif d’Alimosho (dans l’Etat de Lagos).

La révélation

Son parcours musical se poursuit ensuite  sans véritable fait marquant jusqu’en 2014, année bénie pour la musique nigériane et africaine plus généralement.  Le 19 Mai de cette année, Patoranking sort le clip officiel de « Alubarika » en featuring avec Timaya. Généreusement, il sort le lendemain le remix de sa propre chanson « Girlie O », cette fois-ci en collaboration avec Tiwa Savage.

Ce duo a fait basculer Patoranking dans la cour des grands. Avec plus de 18 millions de vues sur Youtube, cette reprise est, au moment où est publié l’article, son plus grand succès. Ces performances lui ont valu de remporter le trophée de « Révélation de l’année » aux Nigeria Entertainment Awards 2014, ainsi que d’être nominé pour le prix de « Meilleur artiste masculin » lors de la même cérémonie.

La confirmation

L’année suivante, le nigérian confirme en étant nominé pour le « Meilleur artiste dancehall » aux Afrimma Awards, en remportant le prix de révélation de l’année 2015 aux MTV Base Awards ou encore celui de l’artiste de l’année aux Vodafone Ghana Music Awards. Tout cela, Patoranking le doit majoritairement à un tube : « My Woman, My Everything » (ft. Wande Coal).

Ce titre, bien qu’ayant légèrement moins de vues sur Youtube que le remix de « Girlie O » (plus de 13 millions), a connu un impact plus fort, notamment ici en France où la chanson est encore énormément diffusée. Cette année sera également marquée par des collaborations avec Stonebwoy, YCee ou encore Lil Kesh.

Mais le meilleur n’est pas derrière lui. En témoigne son année 2016 exceptionnelle marquée par son 1er album God Over Everything sorti le 1er Août dernier. Patoranking a certes mis du temps à sortir un 1er album, lui qui a fêté ses 26 ans en mai dernier, mais la qualité de celui-ci est sans équivalence dans le continent africain durant cette période !

Nous retiendrons notamment ses duos avec Phyno dans « Money », avec Wizkid dans « This Kind Love », mais surtout le featuring avec Sarkodie dans « No Kissing Baby » qui fait partie des succès de cette année en cours.

Un dernière question se pose alors : 2017 sera-t-elle une année au sommet ou au contraire une année de repos pour le nouveau roi de la reggae-dancehall africaine ?

Informations complémentaires sur Patoranking

Suivez Patoranking sur Youtube, Facebook, Twitter et Instagram.

Patoranking

One Comment

  1. […] Awards 2016, la rédaction vous présente quelques artistes qui ont marqué l’année. Après Patoranking, voici un portrait de DJ Juls, le producteur qui a notamment placé Mr Eazi en haut de […]

Laisser un commentaire