Le Nile X, premier smartphone 100% Africain venu d’Egypte !

par / Aucun commentaire / 3 janvier 2018

Le progrès  en Afrique ne cesse de croître notamment en matière de nouvelles technologies comme nous le prouve cette grande première sur le continent africain. Avec le lancement du premier smartphone fabriqué en Egypte, le Nile X qui se veut être une référence non seulement sur le continent africain, mais également sur la scène internationale en voulant concurrencer les ténors Apple et Samsung.

Fabrication du Nile X

L’entreprise SICO Technology dont le siège social se trouve au Caire et qui est à l’origine du Nile X a su, de part cette création, cibler les besoins du marché national en matière de téléphonie avec un constat négatif dès le départ : en  Egypte seulement 32% de la population possède un smartphone, ce qui en fait un marché en plein essor que l’entreprise souhaite exploiter grâce à des propositions abordables.

Mohamed Abel Azim, directeur marketing de SICO n’a pas caché ses intentions concernant le Nile X. « Il existe de fortes opportunités pour l’Égypte d’être un centre de production de smartphones abordables en Afrique et nous voulons faire partie de ce changement. Nous voulons une révolution dans le secteur électronique dans la région », avant d’ajouter : « nous avons la capacité de produire plus de 1,8 million d’unités dans les deux premières semaines dès le lancement ».

 

Des caractéristiques comparables aux plus grands

Si le Nile X se veut ambitieux, ses caractéristiques n’ont rien à envier à ses concurrents internationaux avec une capacité de 4 Go de Ram, ou encore un appareil photo à 13 mégapixels.

Le modèle ci-dessous  par exemple devrait coûter environ 112 $ à l’utilisateur. Les autres produits vont d’environ 200 livres égyptiennes (11 dollars) pour un smartphone de base à 4 200 livres égyptiennes (235 dollars) pour des tablettes. Ces produits sont disponibles pour les consommateurs égyptiens depuis le 15 décembre. Et selon les prévisions, la société SICO sortira de nouveaux modèles tous les six mois. Il faut rappeler que cette initiative intervient dans un contexte où, après une dévaluation en novembre 2016, la monnaie nationale égyptienne a perdu la moitié de sa valeur par rapport au dollar américain. Conséquence, les prix, en particulier des biens importés, ont considérablement augmenté.

Le ministère égyptien des technologies de l’information et de la communication a déjà investi environ 400 millions de livres égyptiennes dans le projet Nile-X et compte bien faire de ce projet une réussite probante dès son lancement.

L’Egypte en passe de devenir le prochain hub technologique africain ?

Désormais, l’entreprise SICO a pour ambition de s’étendre en Afrique avec des projets de construction d’un hub régional est-africain à Nairobi et d’expansion au Mozambique, au Nigeria et en Afrique du Sud. L’Égypte a un écosystème de démarrage en croissance rapide avec la collecte de fonds pour les entreprises naissantes passant à environ 105 % seulement en une année.

« Nous faisons les premiers pas sur le chemin de la production locale des appareils électroniques », se réjouit la présidence égyptienne, fort de son nouveau succès.

Avec la création du Nile X, l’Afrique frappe un grand coup dans l’industrie de la téléphonie mobile et des smartphones « nouvelle génération ». Les moyens mis en place ainsi que la qualité du produit peuvent permettre au Nile X de rentrer définitivement dans la cours des grands. Rendez-vous dans quelques mois…

Suivez Sico Technology

Laisser un commentaire