Naija : La déferlante musicale nigériane sur l’Afrique

par / 1 commentaire / 10 août 2015

Il ne fait aucun doute que la musique nigériane avec le mouvement naija domine actuellement la scène africaine, et cela depuis quelques années désormais.

On le remarque tout d’abord par les talents multiples que regorge ce pays, qui est le plus peuplé d’Afrique, avec des artistes tels que Wizkid, Davido, D’Banj ou encore Flavour, pour ne citer qu’eux. La musique nigériane se conjugue également au féminin avec Yemi Alade, Tiwa Savage, Chidinma et bien d’autres encore…

Les groupes Naija ont également le vent en poupe comme Bracket ou P-Square. Ces derniers ont notamment remporté le prix du meilleur groupe aux MTV Africa Music Awards 2015 en juillet dernier à Johannesburg. Ils ne sont pas les seuls Nigérians ayant décroché le Graal car près de la moitié des trophées ont été acquis à la cause des artistes nigérians (8 distinctions sur 17 possibles) dont la chanson de l’année pour Mavins et son fameux « Dorobucci ».

Pourtant cette nation ne connaît pas de « concept » de danse phare. A l’image du Ghana avec le Azonto, du Togo avec le Gweta, de la RD Congo avec le N’Dombolo ou bien de la Côte d’Ivoire avec son très célèbre Coupé Décalé (danse que l’on peut notamment retrouver dans le jeu vidéo de football PES, c’est dire son influence) mais d’un autre côté cela démontre toute la force de la musique nigériane avec le Naija.

Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. En effet, les P-Square ont tenté de développer le « Alingo » en 2013, mais celle-ci a été jugée trop similaire à l’Azonto ghanéen, comme le chantait Samini dans « Alingo Diss ». Cette chanson a tout de même eu un franc succès.

En France, ces artistes sont nettement moins visibles et donc connus qu’ailleurs malgré leur reconnaissance à travers le monde. Cela est peut-être dû à la faible immigration nigériane en France ou bien à la barrière linguistique.

Les Nigérians sont en effet plus implantés en Angleterre, mais le Ghana est également dans ce cas, cela n’a pas empêché le Azonto de se faire connaître en France. De plus, ce sont ces chansons anglophones (et surtout américanophones) dominent nos charts et qui sont diffusées sur la majorité de nos chaines nationales.

Les stars nigérianes fournissent des efforts pour se faire mieux connaître au sein des pays francophones. Nous pensons d’abord à la collaboration entre P-Square (encore eux) et Matt Houston en 2012. Nous pouvons également penser aux adaptations françaises des succès de Yemi Alade, notamment « Johnny », dont pas mal de gens en ignoraient l’existence si on la compare à la version originale.

Peut-être que l’influence coloniale est encore très présente de nos jours. Plus de 50 ans après la fin de cette période, il serait temps de faire abstraction de cela et pouvoir profiter de tous les talents du continent ; que ce soit en Algérie ou en Afrique du Sud, que ce soit au Cap-Vert ou en Somalie. Si la musique est bonne, aucun obstacle ne doit être à surmonter et cela est aussi valable pour tous les autres domaines artistiques.

Nous nous efforçons à promouvoir cette diversité musicale, à travers notre playlist et c’est pour ces raisons que WANACorp s’intéresse à ce phénomène Naija, histoire de vous proposer et de découvrir ensemble ce qu’il se fait de mieux dans ce continent peu importent les langues et les cultures.

Dans la vidéo ci dessous vous pourrez écouter tous les meilleurs sons de ce mouvement en 2014. 90 minutes de pur plaisir !

One Comment

  1. Très bon article !

Laisser un commentaire