MHD, la critique WANA de son premier album !

par / 1 commentaire / 21 avril 2016

La scène musicale « rap » se porte particulièrement bien en France, en atteste les artistes français qui squattent les hauteurs des charts, leur diversité et le nombre de vues de leurs clips sur Youtube. Parmi eux, un se démarque : MHD. D’ailleurs, vous n’êtes certainement pas passé à côté du phénomène afrotrap de l’année. Depuis quelques mois maintenant, ce rappeur enchaîne les freestyles sur YouTube, ses clips sont visionnés des millions de fois, les plateaux télés se l’arrachent et ses danses sont reprises sur les réseaux sociaux. Ce vendredi 15 avril son premier album éponyme, impatiemment attendu, est sorti. On vous en parle ! 

MHD, présentation de son album

Tracklist : 15 titres.

1. Intro. La Moula.

2. Afro Trap Part.2 (Kakala Bomaye).

3. Afro Trap Part.3 (Champion’s League).

4. Afro Trap Part.4 (Fais le Mouv).

5. Mort Ce Soir.

6. A Kele Nta.

7. Afro Trap Part.5 (Ngatie Abedi).

8. Interlude Trap.

9. Amina.

10. Tout Seul.

11. Afro Trap Part.6 (Molo Molo).

12. Ma Vie Feat Fally Ipupa.

13. Roger Milla.

14. Maman J’ai Mal.

15. Wanyinyin Feat Angélique Kidjo.

Tout d’abord, on constate que les six freestyles publiés sur Youtube par MHD et qui ont participé à le faire connaitre sont présents sur l’album. Nous n’avons donc que neuf titres à découvrir (« Roger Milla », titre du dernier clip inclus). MHD voulait certainement faire dans l’assurance et proposer ce qui plait déjà.

Ensuite, le jeune rappeur ne propose que très peu de featurings. Seulement deux, et pas des moindres. Sur les pistes 12 et 15 on retrouve respectivement Fally Ipupa et Angélique Kidjo. Aucun rappeur français n’est dans l’album. MHD veut faire ses preuves seul et ses collaborations avec le chanteur congolais et la chanteuse béninoise rappellent son univers « afro ».

Enfin, cette tracklist laisse perplexe. D’un côté, MHD fait dans la certitude en insérant ses six freestyles « Afro Trap » dans l’album. En somme ces chansons ont plu et en les mettant dans l’album on limite les déceptions. D’un autre côté, MHD se montre assez courageux en n’invitant aucun artiste français de la scène rap – malgré une collaboration avec Black M « A l’ouest » et la réalisation des premières parties des Zénith de Booba – dans son premier album, et fait preuve d’une grande sensibilité musicale en faisant appel à Fally Ipupa et surtout à Angélique Kidjo.

A l’écoute de l’album 

L’organisation de l’album « MHD » ne semble pas avoir une logique particulière, ce n’est pas une reproche, mais commencer avec ses quatre premiers freestyles « Afro Trap », puis disposer les autres entre sons « posés », « conscients » et « ego trip » peut paraitre comme désordonné.

  • Les freestyles « Afro Trap » et « Roger Milla »:

Si on a écouté/acheté l’album de MHD c’est qu’on a apprécié ses freestyles « Afro Trap ». On retrouve les six dans l’album. Généralement, les rappeurs auraient inséré ces freestyles dans une mixtape et pas dans un album. Toutefois, sur certains de ces « Afro Trap », notamment sur « La Moula », l’instrumentale est différente de la vidéo YouTube (ceci pouvant néanmoins gêner les fans du titre original).

La force de ses freestyles résulte du fait qu’ils mettent en valeur la joie de vivre des jeunes de « banlieue » (facette que l’on voit rarement dans le rap et les médias), et qu’à leur écoute, on ne peut s’empêcher de danser. Le style de ces freestyles connait son paroxysme sur le formidable titre « Roger Milla ». La danse, le clip, l’instrumentale, tout y est !

  • Les solos :

Déjà, on ne peut que regretter que le premier inédit de l’album se trouve sur la cinquième piste…

Ensuite, que ce soit dans de l’ego trip très mélancolique (« Mort Ce Soir », « Tout Seul », « Maman J’ai Mal ») ou dans des chansons sur l’amour (« A Kele Nta » et « Amina »), MHD utilise généralement le même flow. C’est son style certes, mais cela peut lasser. Cependant, la véritable force de ces titres réside dans leurs refrains. Ces derniers, qu’ils soient chantés ou non, sont tous très réussis.

  • L’ « interlude trap » :

Sur cette piste, pas d’instru afro, donc pas d’afro trap, donc trap tout court. Cette interlude remplit parfaitement son rôle de parenthèse. Un retour aux sources pour MHD, le temps d’une piste, dans laquelle il démontre qu’en trap il sait y faire. Mais si l’album entier n’avait été que dans ce style trap, il n’aurait rien eu d’original par rapport à la concurrence. Ce titre n’est qu’un rappel à l’ordre (réussi) de la part du rappeur !

  • Les featurings :

De loin les deux meilleurs titres de l’album. Petit bémol, ce sont les artistes en featuring qui font la grandeur de ces titres. Deux sons multiculturels, bien plus que de l’afro trap (on pourrait dire de la world music même), qui nous font voyager.

Le pari de MHD est risqué, bien que nous ayons à faire à deux très grands artistes que WANA admire, il faut savoir qu’une grande partie du public de MHD les découvre avec ces titres. Le résultat est très réussi, même si les défauts de MHD sautent plus facilement aux oreilles, son vocabulaire et ses thèmes « limités » ne sont pas à la hauteur de ses invités. En même temps, MHD débute et quel courage de chanter avec ces ogres de la variété africaine.

Enfin, que dire de « Wanyinyin » ? En toute objectivité, le meilleur son de l’album et le meilleur son de cette année 2016 ! En toute subjectivité, les sons qui ont bouleversé comme celui-ci dans une vie de passionné de musique se compte sur les doigts d’une main : Merci !

Conclusion sur l’album 

          Les « gros » plus :

  • Technique de trap maîtrisée. Intrus « afro » réussies (mention spéciale à A Kele Nta et à Maman J’ai mal sur ce point)

  • Sons mélancoliques qui démontrent une certaine sensibilité chez le rappeur.

  • Proposer Fally Ipupa et Angélique Kidjo au très jeune public de MHD.  

    Les « gros » moins                                                                                 

  • Huit-neufs titres inédits dans un disque de quinze pistes : cela n’est pas suffisant pour un album.

  • Un flow « passe-partout », lyrics pas très recherchées et un champ lexical peu varié.

Avec cet album, on voyage, on frissonne, on danse, on rigole et on pleure. Un album qui, à défaut d’être varié musicalement, offre une large palette d’émotions. Même si il était très attendu, rappelons que ce n’est qu’un premier album. Ce qui est très prometteur pour la suite.

MHD propose huit titres inédits qui vont du bon à l’excellent. Mais la (très) grosse limite de cet album est qu’il contient sept titres déjà connus du public. Ceci laissant un gout amer, un gout que l’on n’aurait certainement pas eu si ce projet n’avait été qu’une mixtape… MHD n’a pas entièrement répondu à l’attente créée par l’écoute de ses freestyles sur le Net. Sans être déçu, on reste sur sa faim, le prochain album du jeune rappeur est déjà farouchement attendu.

En attendant, allez acheter cet album ou téléchargez le légalement sur Itunes pour vous faire un avis sur ce qui est déjà un des cartons de l’année !  

One Comment

  1. […] de succès marquée par ses nombreux concerts en France et en Afrique ou encore par la sortie son premier album qui porte son nom de scène. Ce dernier s’est écoulé à plus de 200.000 exemplaires et a su se […]

Laisser un commentaire