Meklit Hadero, l’artiste éthiopienne au style hybride !

par / Aucun commentaire / 30 juillet 2018

L’artiste que la WANATeam va vous présenter est un mélange parfait entre l’art traditionnel éthiopien et les plus belles heures du Jazz et de la Soul. C’est grâce à ce style hétéroclite que s’est distinguée avec succès l’artiste d’origine éthiopienne Meklit Hadero. Auteur-compositeur-interprète mais également intellectuelle aguerrie et artiste engagée, Meklit fait partie des artistes qui veulent laisser une trace dans la société actuelle.

De l’Éthiopie aux États-Unis , des sciences politiques à la musique

Native de l’Éthiopie, Meklit Hadero a grandi aux États-Unis avec ses parents. Promise à un avenir universitaire, elle a mené des études brillantes en sciences politiques à la prestigieuse Université Yale, pour ensuite choisir la création et l’interprétation de chansons.

 

Après ce premier virage en direction de la musique américano-éthiopienne, l’artiste décide de s’investir dans son domaine en fondant l’Arba Minch Collective, regroupement d’artistes de la diaspora éthiopienne pour faire passer un message claire : toutes les personnes issues de la diaspora peuvent croire en leurs rêves et réussir.

Meklit a travaillé avec l’Association of Performing Arts Presenters, afin d’y créer un programme de bourse d’artistes. Elle est panéliste et évaluatrice de subventions pour le National Endowment for the Arts. Elle met finalement son talent au service d’organismes d’aide aux migrants.

Comme l’explique l’artiste, son passé d’étudiante en sciences politiques s’allie avec ses chansons : «Dans mes chansons et ma démarche artistique, il y a quelque chose de mon passé universitaire en sciences politiques. Je prends les mots très au sérieux.»

2014, l’année de la renaissance musicale

En 2014, une rencontre va changer sa vision musicale : «Le parrain de l’éthio-jazz, Mulatu Astatke, est venu me voir après mon spectacle présenté à Addis-Abeba. Il m’a prise à part et m’a dit ceci : « Ne joue pas l’éthio-jazz comme nous l’avons déjà fait. Tu dois innover et trouver ta propre contribution à cette musique. Trouve cette place! »». Des conseils qui vont porter leurs fruits et c’est un long travail qui a commencé pour l’artiste.

«J’ai passé six mois en studio à écrire de nouvelles chansons, à en enregistrer les maquettes. Le rythme était le point de départ de mes chansons. Parallèlement à ces choix de rythmes, j’avais constitué une banque de mélodies imaginées quotidiennement en faisant la vaisselle ou en conduisant ma voiture ou encore en me baladant dans la rue… Je les ai toutes enregistrées sur mon téléphone, j’en ai récolté une centaine pour ensuite les imbriquer dans les rythmes et leur coller des textes… Ces chansons ont été créées couche par couche, et plusieurs ont été testées devant public.»

Un long travail de recherche qui vont lui donner ce style hybride ni tout à fait Ethiopien, ni tout à fait Américain, ni tout à fait Européen ; à l’image de Meklit : « Ce n’est pas totalement éthiopien, pas totalement afro-américain, c’est à la fois occidental et africain. Ça m’appartient ».

Nous pouvons définir Meklit comme une femme du monde de par son passé, ses influences, son style, ses références mais surtout de par ses musiques qui peuvent nous faire voyager aux 4 coins du monde.

Suivez Meklit

Laisser un commentaire