WANATop : les 12 meilleurs artistes africains du moment !

par / Aucun commentaire / 24 août 2018

3 ans après, la WANATeam réactualise son classement des meilleurs artistes africains du moment !  Un point sur les douze artistes qui nous ont le plus marqué ces trois dernières années. Il s’agit donc d’un classement particulièrement subjectif qui se base notamment sur l’originalité de l’artiste, ses tubes, ses prestations sur scène ou en vidéoclips, ses récompenses ; et cela depuis la parution de notre 1er article à ce sujet sorti en septembre 2015.

  1. Sarkodie – Ghana

Sarkodie se distingue ces derniers temps majoritairement grâce à des collaborations. Mais il demeure égal à lui-même, comme en solo, dans son registre de pur « kicker » dans lequel il excelle tant. Que ce soit dans « No Kissing Baby » (ft. Patoranking) « Pain Killer » (ft. Runtown), « CCTV » (ft King Promise et Mugeez), dans « Gboza » ou dans « S.H.O.U.T » ; Sarkodie impose toujours son flow incroyable… et dans la langue Twi (Ghana) qui plus est ! Ce qui est d’autant plus remarquable. Malgré la forte densité de talents qui existe, le rappeur est encore à ce jour la « Black Star » de la musique au Ghana.

  1. Olamide – Nigéria

A maintenant 29 ans, Olamide semble bien être au pic de sa carrière. Surtout depuis 2017, année de son tube « Wo ! » que nous avons sélectionné comme meilleur chanson hip-hop aux WANAMusic Awards. Son plus grand succès depuis son 1er hit « Bobo » (2015), malgré de belles collaborations dans « Who U Epp » avec Wande Coal et Phyno, ou encore « Fine Girl » avec Wale et Davido. Cette année encore, le natif de Bariga nous a régalé en s’imposant comme l’une des figures incontournables du Shaku Shaku grâce aux morceaux « Issa Goal » (ft. Naira Marley et Lil Kesh) ou bien « Science Student » !

  1. Maleek Berry – Nigéria

Lui n’a besoin de personne pour cartonner. Et pour cause, Maleek Berry produit lui-même ses morceaux qui deviennent ensuite des cartons. Mais les autres artistes ont besoin de ses services et l’issue est la même ! Le natif de Londres fait partie de ces rares artistes à combiner les deux avec autant d’efficacité. Après le grand succès du titre « Kontrol » extrait de son E.P Last Daze of Summer (2016), Berry a su confirmer grâce à « Juice », sa collaboration avec YCee, mais surtout grâce à son excellent 2ème E.P First Daze of Winter (2018) qui comprend des titres comme « Been Calling » ou « Sisi Maria ». Le self-made-man est désormais à la conquête de son pays natal l’Angleterre comme en témoignent ses projets avec Not3S, Yxng Bane ou bien Raye.

  1. Sidiki Diabaté – Mali

L’homme qui a inspiré Booba, comme nous le nommions en référence à la chanson « Validée » du rappeur français, n’est pas resté l’artiste d’un seul tube. Bien au contraire, la quasi-totalité de ses apparitions depuis son éclosion ont été remarquées. De ses titres en solo à sa contribution à l’album de M, en passant par ses collaborations avec les acteurs de la scène urbaine français (4 Keus, Hiro, Black M, Niska…) ou de la scène africaine (Kader Tarhanine, Wally Seck, Kiff No Beat) ; le très convoité Sidiki Diabaté a su prouver qu’il était un artiste complet et accompli, tout en restant lui-même !

  1. DJ Arafat – Côte d’Ivoire

Celui qui fête cette année ses 15 ans de carrière n’a jamais été hors du coup depuis ses débuts. Et pour cause, DJ Arafat a constamment cette volonté de se surpasser et d’être le meilleur dans son registre, esprit du Coupé-Décalé y oblige ! A chaque nouveau morceau, un nouveau concept. Et comme nous le disions si bien lors de notre article qui lui était consacré : « En traversant les époques, les styles et les tendances, DJ Arafat est toujours là, 15 ans après les débuts du mouvement coupé décalé, écumant les grandes salles, les stades, les récompenses et en ayant l’indéfectible soutien de ses fans. Adulé comme controversé, le Zeus ne laisse personne indifférent et figure parmi les piliers de la musique en Afrique. Chapeau l’artiste. »

  1. Yemi Alade – Nigéria

Même plus besoin d’évoquer la chanson qui l’a fait connaître. C’est cet aspect-là que nous mettons en avant. La « Queen of Africa » a su montrer depuis son éclosion qu’elle n’est ni une artiste d’un titre, ni d’un album notamment grâce à son projet Mama Africa qui est encore un niveau au-dessus de King of Queens, l’album qui l’a fait connaître. Plus qu’une simple interprète, Yemi Alade est une véritable show-girl capable de mettre le feu en toutes circonstances que ce soit dans les clips vidéo ou bien sur scène.

  1. Diamond Platnumz – Tanzanie

Son génie lui a permis de se voir ouvrir des portes au niveau international. Une chose loin d’être évidente lorsque l’on vient de Tanzanie. En plus de ses succès solo (« Sikomi » , « Eneka » etc), et ses featurings avec des grands artistes africains (Flavour, P-Square, Patoranking) ; Diamond Platnumz a également eu le luxe de collaborer avec des stars américaines de la musiques. Et le résultat était au niveau des attentes que ce soit avec Rick Ross dans « Waka », Omarion dans « African Beauty » ou encore dans « Marry You » avec Ne-Yo. Le plus important dans tout cela est le fait qu’il ait su garder son authenticité qui lui a permis d’arriver jusque-là !

  1. Mr Eazi – Nigéria

Notre révélation de l’année 2016 et artiste de l’année 2017 aux WANAMusic Awards était encore inconnu du grand public lors de notre 1er top. Mr Eazi est donc sans aucun doute l’artiste qui a fait le plus grand chemin. Il a su créer un univers particulier, une identité musicale propre à lui. C’est ce qu’il appelle la « Banku Music », mouvement dont il est le pionnier et qu’il définit globalement par le mélange d’influences ghanéennes et nigérianes. C’est ce qui est à la base de tous ses succès et ce qui lui permet de conquérir le monde. La route est encore longue mais Eazi a fait le plus dur et a clairement le potentiel pour être LE numéro 1 en Afrique.

  1. Tekno – Nigéria

« L’autre prodige de la musique nigériane ». Voilà comment nous parlions de Tekno lors de notre article qui lui était consacré il y a 2 ans. Ce titre faisait référence à l’autre grand talent nigérian né en 1992, celui qui vivait un peu dans l’ombre de Davido né la même année. Mais quelques mois après, Miles a envahi le monde entier grâce au titre « Pana ». Un morceau sur lequel le natif de Bauchi est parvenu à surfer jusqu’aujourd’hui grâce à son immense talent et sa panoplie complète, lui qui est aussi performant en chant qu’en danse ou qu’en production !

  1. Fally Ipupa – RD Congo

Il était l’an dernier le seul artiste francophone à tenir la cadence de ses collègues nigérians cités antérieurement et postérieurement, ce qui n’est pas (du tout) une mince affaire. C’est dans cette logique que nous lui avions attribué le prix du meilleur artiste francophone aux WANAMusic Awards 2017. « El Maravilloso » avait séduit le monde entier grâce à son album/concept Tokoss qui alliait parfaitement la tradition à la modernité. Cette année encore Fally Ipupa nous enchante et prouve qu’il est le maître dans le morceau « Ecole ». Avec, en prime, une danse exceptionnelle à partir de 3 minutes 10 dans le clip officiel ! Regardez plutôt…

  1. Wizkid – Nigéria

Phénoménal. Voici ce que l’on peut dire de Wizkid pour le décrire en un seul mot, car tout a été dit sur lui et il n’y a pas grand-chose à ajouter. Il est certainement le seul artiste de cette sélection à avoir maintenu un très haut niveau de constance depuis près de 5 ans désormais. L’auteur de « Ojuelegba » n’a en effet pas connu un seul petit trou d’air dans sa carrière depuis son éclosion. Même Davido ne peut pas se vanter de cela, lui qui a connu une année 2016 un peu plus calme. 2018 ne sera en tout cas pas une année creuse pour Wizkid, notamment grâce à « Soco » avec sa Team Starboy qui restera longtemps dans les mémoires. Une question se pose alors : pourquoi est-il deuxième ? Lisez donc la suite….

  1. Davido – Nigéria

Il n’aurait été en aucun cas scandaleux de placer Wizkid devant Davido, car peu de choses les séparent.  On peut trouver le premier cité musicalement (très légèrement) au-dessus de lui. Ils sont certes des artistes aux multiples tubes et récompenses, mais pour départager ces deux phénomènes, il est nécessaire de creuser un peu plus. Ce qui place le natif d’Atlanta devant le « King of Surulere » est le fait Davido est depuis un certain temps un véritable magnat de la musique (music mogul en anglais). A savoir un patron d’industrie (avec son propre label DMW) capable de découvrir et faire émerger de nouveaux talents comme Dremo, mais surtout Mayorkun. Il s’agit d’un rôle que l’on a l’habitude de voir du côté de la scène hip-hop américaine (Jay-Z, P-Diddy, Snoop Dogg, etc). En ce sens, il révolutionne un peu plus l’industrie musicale nigériane et donc africaine !

Auraient pu être cités : Runtown, Patoranking, Tiwa Savage, Serge Beynaud, Toofan, R2Bees, Shatta Wale, Burnaboy, Bisa Kdei

Laisser un commentaire