Festival Mawazine Part.1 : Wiz Khalifa, MHD, Amadou & Mariam, Bonga et Booba !

par / Aucun commentaire / 17 mai 2017

Mawazine est de retour pour la 16ème édition de son histoire.  Jusqu’au 20 mai, le festival qui s’impose comme l’un des plus grands du monde nous propose son lot d’artistes marocains et internationaux à Rabat.  Dans la capitale marocaine, la WANATeam suit de près le programme de cette année et propose de vous faire une revue en deux parties du festival Mawazine 2017. Aujourd’hui, retour sur les prestations de Wiz Khalifa, MHD, Amadou et Mariam, Bonga et Booba.

Les Tops du festival Mawazine

Wiz Khalifa

 

Wiz Khalifa a littéralement mis le feu à la scène OLM Souissi. Il a fait une entrée fracassante via des canons à fumée et des jeux de lumières. Petite chemise à fleurs ouverte et pantalon blanc, il a déchaîné la foule totalement en délire ! Le chanteur a démarré son concert avec les titres « Bake Sale », « Roll Up » et « 23 ». Ses interactions avec le public ont très bien été reçues. Première au Maroc pour le rappeur américain, il n’est pas déçu du voyage, enfin presque : il s’est plaint sur Twitter de l’absence de vie nocturne sur Rabat, ce qui n’est pas totalement faux… En ce qui concerne son show, très peu de surprises certes mais ce ne fut pas synonyme d’échec pour autant. Wiz Khalifa a assuré un show de qualité. Il a offert au public ce qu’il attendait, pour ceux un peu moins fans de l’Américain, le temps est un peu plus longuet ! D’ailleurs, nous avons quitté sa représentation avant la fin pour pouvoir assister à celle de MHD qui se déroulait juste après !

MHD

Quelle prestation ! Le rappeur parisien a enflammé la scène du Bouregreg ! Véritable showman, l’ambiance fut sans conteste au rendez-vous. Tous ses principaux titres ont été interprétés, et repris en chœur par un public marocain vraisemblablement connaisseur et fan de MHD. Aucune fausse note, enfin sauf une : il ne faut plus faire des concours de dabs… Autrement, la setlist fut particulièrement bien pensée. Grosse ambiance sur les sons « A Kélé nta » et «Fait le mouv». Et puis, retentit l’hymne de la Ligue des Champions et tout le monde sait quelle chanson va suivre ! Mais le feu a vraiment eu lieu lorsque MHD a clôturé sa prestation avec son dernier titre « La Puissance ». C’est à ce moment là que vous comprenez que si un clip approche des 100 millions de vues sur YouTube, ce n’est pas pour rien, les spectateurs sont devenus complètement fous ! En tout cas, bravo MHD pour cette heure et demie de spectacle. Du haut niveau !

Amadou et Mariam

Comment expliquer la sympathie que ce couple de Maliens provoque chez les gens ? D’autant plus qu’Amadou et Mariam ont particulièrement fait danser et rempli de joie le public marocain. Les titres proposés en majorité n’étaient pas les plus connus, toutefois il s’agissait d’inédits et donc d’un privilège accordé aux Rabatis. Pendant une heure et demi, zéro silence. Tout le monde a dansé, et tout le temps. Familles, enfants, couples, Marocains, expatriés ou immigrés s’étaient donné rendez-vous et impossible d’être déçu. Même pour ceux qui nombreux, ont découvert le couple pour la première fois. En tout cas, ils n’ont pas oublié de chanter leurs classiques pour notre plus grand bonheur ! « Le dimanche à Bamako », « Je pense à toi » et « La réalité » sont de véritables musiques de scène, on s’en est rendu compte.

Les Flops du festival Mawazine

Bonga

Le moins connu des artistes que nous avons vu en concert, mais pas le moins talentueux ni le moins expérimenté. Véritable star angolaise de la chanson, Bonga est un monument de la chanson lusophone, le Cesaria Evoria au masculin. D’ailleurs, il est connu pour avoir repris « Sodade » bien avant la diva. Titre qu’il a interprété sur scène, un grand moment. Sa voix pleine de sagesse, grave et cassée est envoûtante. Les rythmes semba et kizomba de ses chansons sont entraînants et dansants. Mais honnêtement, le spectacle contenait quelques lacunes. Les silences interminables entre les chansons et le public pas particulièrement présent ont un peu gâché la fête. On retiendra le final, lorsque Bonga a présenté ses acolytes sur scène, pendant 5 minutes, chacun d’entre eux nous offrait un solo de son instrument (guitare basse, batterie), soit 5 minutes de danse non-stop dans une ambiance de folie.

Booba

Booba est le plus connu des artistes français de la scène actuelle, c’est un fait et c’est mérité. Mais tout le monde, ou presque, s’accorde à dire qu’il n’est pas un homme de scène, et cela s’est vérifié à Rabat. Un monde fou était présent pour le Duc de Boulogne, qui a choisi de faire son entrée à l’ancienne avec « Boulbi ». Dès les premières notes, la foule était en délire et a oublié la demi-heure de retard (normale au Maroc) du rappeur. Franchement, le début annonçait une soirée exceptionnelle, mais il n’en fut rien. B2O a enchaîné une vingtaine de titres, une setlist solide certes et reprenant l’ensemble de sa carrière. On a pu entendre « Pitbull », « Daniel Sam », « OKLM » ou encore « LVMH ». Mais gros hic, pour tout caser, le rappeur a décidé de réduire beaucoup de ses chansons à moitié. Le public marocain de la scène OLM Souissi s’est par contre totalement déchaîné sur les titres avec Benash, présent, comme « Validée » et « Ghetto » et « Mové Lang » avec Gato, présent également. On reproche beaucoup à Booba l’utilisation de l’autotune, force est de constater que « Scarface » et le final « DKR » ont été les plus repris par la foule…

Placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la 16ème édition du festival Mawazine, organisé par l’association Maroc-Cultures, propose des concerts hauts en couleurs et un véritable feu d’artifice de styles musicaux et de rythmes venant du monde entier. Ainsi, durant neuf jours, les six scènes du festival (OLM-Souissi, Nahda, Salé, Théâtre National Mohammed V, Bouregreg, et Chellah) sont l’espace de rencontres inoubliables entre des fans et les plus grandes stars de la musique.

Laisser un commentaire