Koffi Olomide : 13eme apôtre, le roi de la musique congolaise est de retour

par / Aucun commentaire / 26 octobre 2015

Mopao est de retour !

C’est le 13 octobre à 13h13 précises que Koffi Olomide a sorti son vingtième album intitulé « 13eme apôtre » un album composé de 4 CD avec un peu plus de 4 heures 30 de musique balayant les standards de la musique congolaise. Avec cet album, Koffi Olomide veut montrer qu’il est bel est bien le patron de la musique africaine mais surtout qu’il demeure toujours au sommet de son art. « 13e apôtre »  replace la rumba congolaise comme centre névralgique de la variété africaine, un genre musical fortement mis en concurrence par les mouvements musicaux comme le coupé-décalé ivoirien ou le naija nigérian ces dernières années. Décryptage.

Ndombolo, Rumba, collaborations : Cocktail payant

Il a fallu deux ans à Koffi pour préparer cet album, deux ans de travail en collaboration avec des stars de la nouvelle génération tels que Fabregas, Ferre Gola (ancien membre de son groupe Quartier Latin) ou encore Evoloko ; des artistes qui n’auraient surement jamais vu le jour sans les productions précédentes du  «Mopao » (le chef en lingala).

13eme apôtre est un album très varié comme on a l’habitude d’écouter de la part de Koffi Olomide.  On y trouve des chansons rythmées où la recherche de formules drôles et de punchlines sont privilégiées « Ce sont des morceaux d’ambiance, des morceaux que je ne considère pas comme des chansons mais qui plaisent au public » telles que « Tueur de Lions », « Piscicoles Club » ou encore « Selfie », qui fait partie de nos coups de cœur et qui est le son phare de cet album, morceau qui nous fait penser à la légendaire chanson « Loi » qui reste à ce jour peut-être le plus gros succès de la star.

Le répertoire de chansons est également dans un style orienté Rumba avec les chansons « Première Dame », « Mère Anissa », « Superstar », « Verticalement »,  « 1+1 » en passant par « Koffi Conforme », « Laure », « Yezu » et « Char de Combat » qui, selon nous, sont les titres phares de cet album.  On revisite le Ndombolo et la Rumba avec la manière, ce que devraient apprécier les fans du Mopao et même, en règle générale, les amateurs des sonorités africaines.

Pour les paroles de cet opus de 39 (!) titres, Koffi nous fait ressentir que cet album sera le dernier contenant des chansons inédites. Par conséquent il a voulu se livrer à son public, sur sa personnalité (très controversée), sur comment il est arrivé au succès, ses péripéties de vie, dans le bon comme dans le mauvais.

Comme toujours, et c’est la caractéristique du “tcha-tcho”, l’amour est décliné à toutes les sauces avec une référence à ce sentiment donné à une femme dans « Patronne » (écrit pour la sienne avec qui Koffi il partage sa vie depuis plus de vingt ans) « Superstar », « Verticalement » ou encore « Mère Anissa », les déceptions amoureuses avec « Manioko Frites » et « Char de combat ». Les chansons d’amour sont la force de l’artiste congolais, de véritables berceuses pleines de douceur.

Koffi fait dans certaines chansons de surprenantes confessions dans cet album, une sorte de testament musical de son œuvre. C’est le rapport à Dieu qui domine ici comme dans le titre « 13e apôtre »  où il se repend de ses péchés, remercie Dieu pour les bénédictions qu’il lui a apporté tant sur le plan professionnel que familial et témoigne du fait que sans Lui il ne serait nulle part. Même son de cloche dans Yezu, où il parle de l’Evangile, du fait qu’il soit devenu croyant.

Quand Koffi parle de Koffi, on y apprend beaucoup sur la vie du chanteur. Dans « Chilamwina », il évoque son enfance pauvre, les sacrifices faits pour en arriver là mais incontestablement le morceau « Koffi Conforme » est celui qui est le plus personnel. Il parle de lui-même, de sa mère, du fait qu’elle l’a laissé dans le monde de la musique au risque de le perdre, mais que ça a été une élévation énorme pour lui. Il dit que durant sa carrière, il a voulu élever la musique congolaise, qu’il s’est lavé dans le fleuve Congo, qu’il a fait certaines choses pour que ses enfants vivent en paix après sa mort.

Des faits qui se rapprochent du mysticisme et qui inviteront à la suspicion autour du mythe Koffi. Il explique dans cet album qu’il est conscient que des gens viendront cracher sur son cercueil pour montrer à quel point ils le détestent, juste par rapport à son succès alors que ce dernier vient de Dieu et que c’est son intelligence qui a fait ce qu’il est à savoir le Mopao.

Koffi Olomide asseoit sa domination sur le monde de la musique africaine

Nous l’attendions et il ne nous a pas déçus, « Mopao » a fait du Mopao, des musiques qui vont nous faire danser mais aussi réfléchir pour nous faire ressentir diverses émotions : nous nous reconnaîtrons au moins dans une des chansons présentes dans cet album.

« 13eme apôtre », un titre d’album que l’on peut qualifier de présomptueux et de provocateur à l’image de l’affiche de l’album mais quand on connait l’artiste on ne peut être surpris par un tel titre, lui qui s’est révélé tout au long de sa carrière comme un marketeur de talent, sachant faire parler de lui à chaque sortie d’album et de tournées promotionnelles en Afrique et partout dans le monde.

Petit bémol : les innombrables noms cités de particuliers à travers les morceaux, marque de fabrique dans la variété africaine francophone moyennant une contrepartie financière. Koffi cite assez souvent le nom de ses deux derniers fils (Del Pirlo Mourinho et Saint James Rolls) dans tout l’album.

On remarquera dans « Tueur de Lions » les noms de Max-Alain Gradel, Yaya Touré et André Ayew, trois des meilleurs footballeurs africains de l’année 2015. La palme revient au footballeur congolais Dieumerci Mbokani qui a droit à un titre frappé de son patronyme.

WANA salue le travail fait sur cet album, toujours dans une recherche d’innovation, de création et d’évolution musicale et c’est ce qui fait de Koffi Olomide le patron de la musique congolaise et l’un des pionniers de la musique africaine.

Note de l’album (sur 10) : 13/10 évidemment !

On vous invite à écouter l’album ici !

13ieme-apotre-koffi-olomide

Laisser un commentaire