Festival Jazz à Carthage : La Tunisie fête la musique !

par / Aucun commentaire / 2 mars 2016

Quel est le point commun entre Selah Sue, Melody Gardot, Amal Cherif et Charlie Winston ? Ils font tous partie, parmi d’autres, des artistes invités à monter sur scène à l’occasion de la 11e édition du festival international « Jazz à Carthage ». Un rendez-vous très attendu et désormais culte pour les amateurs de la musique jazz. Un rendez-vous qui en ces temps tendus vit sous la menace d’une annulation.

Une programmation cosmopolite

Le festival se déroulera du  8 au 16 avril prochains. A cette occasion, chacun pourra découvrir ou redécouvrir des artistes locaux et internationaux. 17 artistes ont répondu présent à l’invitation des organisateurs. Des artistes jazz évidemment mais aussi pop, soul, funk, hip-hop et même électrique.

Le festival de Carthage se fait petit à petit une place parmi les grands festivals de musique internationaux puisqu’il entame avec cette 11e édition sa deuxième décennie d’existence. Il n’a donc pas eu de véritables difficultés à convaincre des artistes venus de tous horizons musicaux et de tous pays.

Programme des représentations

 Vendredi 08 avril (20h30) :

Selah Sue (Belgique)

Electro DeLuxe (France)

 

Samedi 09 avril (20h30):

Amal Cherif – Ghodwa (Tunisie)

Charlie Winston (UK)

 

Dimanche 10 avril (19:00) :

Benjamin Siksou (France)

The Hillbilly Moon Explosion (Suisse)

 

Mardi 12 avril (20h30) :

Raul Midon (USA)

Terence Blanchard – featuring The E-Collective (USA)

 

Mercredi 13 avril (20:30):

Tosca (Italie)

Amine & Hamza M’raihi – The Band Beyond Borders (Tunisie)

 

Jeudi 14 avril (20:30):

Omar El Ouaer – Another Perspective (Tunisie)

José James (USA)

 

Vendredi  15 avril (20:30) :

Kompost 3 (Autriche)

Okan Ersan & Istanbul Superband (Turquie)

 

Samedi 16 avril (20:30):

Robyn Bennett & Bang Bang (USA)

Melody Gardot (Canada)

 

Un festival menacé

Les organisateurs du festival ont pour ambition de faire salle comble à chaque représentation. La vente en ligne des billets a déjà commencé et les artistes n’ont pas beaucoup hésité pour répondre par l’affirmative aux invitations. Les organisateurs se montrent ambitieux et les artistes courageux étant donné les tensions qui règnent aujourd’hui en Tunisie.

L’année dernière par exemple, le festival était à deux doigts d’être annulé après la mort d’une vingtaine de touristes suite à un attentat terroriste survenu un mois en amont du festival.

A cette triste occasion, les organisateurs avaient préféré privilégier la musique et le vivre ensemble plutôt que la peur. Cette année aussi. Toutefois, Mourad Mathari, le directeur du festival, a tenu à assurer que « la sécurité des lieux est prise très au sérieux ».

Pour convaincre les artistes, Mourad Mathari et les autres n’ont pas eu grand-chose à faire en réalité. Jazz à Carthage a généralement très bonne presse, possède un public chaleureux et fait l’unanimité ou presque sur les réseaux sociaux.

 

En réalité ce ne sont pas les menaces terroristes qui inquiètent les organisateurs mais plutôt le ministère de la Culture tunisien. Ce festival de jazz mais aussi les autres festivals privés sont  souvent affaiblis par les obstacles administratifs. Mourad Mathari assure que les « initiatives culturelles privées sont en danger » dans le pays du jasmin. Ces freins du ministère de la Culture s’expliquent notamment par l’organisation d’un festival public de musique au même moment que ce festival de jazz privé. Le directeur du festival « Jazz à Carthage » M. Mathari confirme avec ironie et amertume « nous sommes probablement le seul pays au monde à avoir pour rival le ministère de la Culture ! »

Un mois de fête en Tunisie       

L’Etat tunisien organise lui-aussi entre les 9 et 16 avril prochain, un festival. Le festival des Journées Musicales de Carthage (JMC).

Les JMC existent depuis 2009 et succèdent aux anciens Festival de la chanson (1986-2004) et Festival de la musique tunisienne (2005-2008). Ces Journées Musicales composent avec les Journées Cinématographiques et les Journées Théâtrales les rendez-vous essentiels de la culture tunisienne.

Aux JMC, la scène consacre avant tout les artistes tunisiens, maghrébins et africains. Des concours jalonnent le festival et des récompenses seront attribuées.

Nous, extérieurs à ces « brouilles » entre les acteurs privés et publics tunisiens, regrettons que la musique et les fans de musique soient pris en otage pour quelconques intérêts. Rien n’empêche de se présenter aux deux festivals, comme on le ferait partout ailleurs lors des fêtes de la musique.

Ceci dit, en cette période charnière de l’Histoire de la Tunisie, rien de mieux que la musique pour souder les gens et calmer les esprits.

Vive le festival “Jazz à Carthage” et les Journées Musicales de Carthage ! Vive la musique ! Vive la Tunisie !

Pour en savoir plus :

 http://www.jazzacarthage.com/

http://www.jmc.tn/fr/home

 

Laisser un commentaire