Interview de Telefunksoul : « jouer en Afrique est un rêve devenu réalité » !

par / Aucun commentaire / 22 novembre 2018

Quelques semaines après vous l’avoir présenté, Telefunksoul nous fait l’honneur de nous accorder une interview exclusive dans laquelle il se livre avec force et conviction !

WANATeam : Vous êtes dans l’industrie musicale depuis plus de 25 ans, y’a-t-il eu des changements entre vos débuts et aujourd’hui ?

Telefunksoul : Oui. Le début est tout ce qui est de plus bizarre. J’ai dû en baver pour arriver là où j’en suis aujourd’hui. Je pense qu’il peut toujours s’améliorer, l’attente pour l’avenir. Mais encore ici à Salvador, le DJ n’est pas encore si respecté. J’ai besoin de m’améliorer, je me suis battu.

WANATeam : Y a-t-il des moments où vous voulez tout arrêter ?

Telefunksoul : Je n’ai jamais pensé à arrêter la musique. J’ai arrêté ma profession, j’avais obtenu mon diplôme en éducation physique et  j’ai abandonné. Etre un professeur au Brésil est sinistre.

W : Nous savons que vous êtes un compositeur polyvalent, mais y a-t-il un registre musical que vous aimez particulièrement ?

Telefunksoul : Je pense que j’aime plus ce que j’ai accompli que c’est qui est à venir. J’aime anticiper les tendances musicales. Cet album que je viens de sortir avec mon ami et partenaire musical Felipe Pomar en fait partie. Un disque que j’ai visualisé 3 ans, mais en 2018 j’ai commencé à le mettre en pratique. J’étais toujours à enregistrer Afroxéba$$ en 2015 et je pensais déjà au Recôncavo, Bahia est une grange à musique, ça fait beaucoup de renseignements.

W : Y a-t-il des artistes africains que vous aimez ? Si oui, lesquelles ?

T : Oh mon Dieu… J’aime trop l’Afrique, j’aime trop les artistes, ces belles personnes, si pleines de swing et de musicalité. Jouer en Afrique est vraiment un rêve devenu réalité. Je dis toujours l’Afrique est le mécanisme de tout. Difficile de parler de qui je préfère, mais certainement sur la liste : Fela Kuti, Amadou & Mariam, Yuri da Cunha, Dog Murras, mon ami TITICA, Richard Boná, Bling Lady, Dobet Gnahore entre autres.

W : De même, quels artistes occidentaux/occidentaux aimez-vous ?

T : Beaucoup. J’aime la musique noire, ragga, rap, basse, reggae, samba reggae, rock, électronique, goût Kraftwerk, comme Afrika Bambatta, Beastie Boys, Cypress Hill, Incubus, Red Hot Chilli Peppers, Fatboy Slim, Prodigy, Tim Maia, Jorge Ben, Gilberto Gil, la grande diva Elza Soares. J’aime vraiment la musique de n’importe où.

W : Que pensez-vous de la situation actuelle au Brésil ?

T : Je ne crois pas qu’elle s’améliore. Nous vivons presque toujours sous un régime corrompu. Je vais résister. En tant que Noir, je dois m’estimer et m’imposer devant tout ce qui vient me défier. Notre pays est dans le chaos, je déteste la politique, je ne suis pas impliqué, mais j’ai ma position. Résistons !

W : Quelle est votre relation avec le continent africain ?

T : Ma couleur de peau, ma famille descend de noirs, d’indiens et de portugais. La musique africaine me fascine. Je veux connaître et pouvoir porter mon travail sur ce merveilleux continent, plein de culture.

W : Quels sont vos prochains projets en préparation ?

T : Le 28 novembre, je rééditerai mon album AfroxéBa$$, remixé cette fois par de grands DJ et producteurs de la nouvelle scène Bass and Electronic music (Neki de Serbie, Ruxell, Werson, Forró red light, Golden kong, Ops, Lerry, BBHT, Weber, Igor Iklab). Pour le début de l’année 2019, il y aura le disque de CollaBaiana, mon projet avec DJ Werson de Juazeiro, Bahia, où je mélange des tubes pop des années 80 et 90, avec des sonorités de Bahia, interprétées uniquement par des chanteurs.

Mon Soundcloud a déjà deux titres du disque (lien ci-contre). Le Ré-ConBa$$ volume 2 est prévu en milieu d’année, car le Reconcavo est très riche. Une tournée en Afrique et d’Europe est toujours en réflexion.

W : Un dernier mot pour nos lecteurs et vos fans dans le monde entier ?

T : Danse, danse jusqu’à ce que tu ne puisses plus. Valorise la production musicale indépendante et respecte d’abord les gens, c’est le meilleur au monde. Respect. Merci beaucoup, ce fut une grande satisfaction de répondre à ces questions !

Suivez Telefunksoul sur :

Laisser un commentaire