Interview Awa Lemen : “J’espère que l’Afrique ne perdra pas sa culture”

par / 3 commentaires / 1 avril 2020

A l’occasion de la sortie du clip “Pop Pop”, la WANATeam est allée à la découverte d’Awa Lemen, artiste française née au Burkina Faso. Chanteuse indépendante et autodidacte, cette dernière répond à nos questions en toute sérénité.

Découvrez la vidéo de “Pop Pop”

WANATeam : Vous êtes née au Burkina Faso, quel rapport entretenez-vous aujourd’hui avec ce pays ?

Awa Lemen : Depuis mon plus jeune âge, je retourne régulièrement au Burkina pour voir ma famille. La dernière fois que j’y suis allée c’était en 2017, ensuite je suis partie vivre à Toronto donc c’était compliqué. Mais j’ai hâte d’y retourner car ça me permet de me ressourcer.

WANATeam : Vous avez connu l’Afrique, puis l’Europe et enfin l’Amérique. Quelle est l’importance de ce brassage culturel dans votre musique et dans votre quotidien ?

Awa Lemen : Pour moi c’est important d’avoir une ouverture sur le Monde. Je trouve que c’est une chance de pouvoir connaître et découvrir d’autres cultures pour mon développement personnel. Grâce à mes voyages j’ai pu faire de belles rencontres et avoir d’autres perspectives sur ce qui m’entoure et sur ce que je vis au quotidien. Concernant ma musique, mes voyages m’ont permis de voir à quel point la musique n’a pas de frontières. Peu importe d’où tu viens, tu peux partager ta passion et si tu le fais avec amour et sincérité, le public arrivera à se connecter à toi et ton art.

W : Quels sont les avantages et les difficultés que l’on peut rencontrer lorsque qu’on est autodidacte comme vous ?

Awa Lemen : J’aime être autodidacte pour la liberté que ça me donne. Je fais ce que je veux, quand je veux, et je ne dois rien à personne. C’est très important pour moi de me sentir libre. Ça donne également une fierté supplémentaire quand ton travail est reconnu, car tu sais tous les efforts et le temps que tu as investi dans ton projet. Mais au-delà de ces avantages, pour avancer il faut savoir s’entourer de personnes plus douées que toi. Je suis la première à reconnaître que mes mixes ne sont pas parfaits et être entourée de professionnels ça ne pourra m’être que bénéfique. Il faut savoir demander de l’aide pour évoluer.

W : Quels sont vos modèles/vos idoles dans la musique ?

AL : Pour être honnête je n’ai pas vraiment d’idoles, mais pas mal d’artistes m’ont inspiré dans mon enfance comme Aaliyah, the Destiny’s Child, Justin Timberlake, même Britney Spears (j’adorais le fait qu’elle danse et c’était une vraie performeuse). Aujourd’hui il y a d’autres artistes qui m’inspirent comme Jhene Aiko, Rihanna… J’adore Banks aussi.

W : Quels sont les artistes africains actuels que vous écoutez/appréciez le plus ?​

AL : En ce moment dans ma playlist j’écoute pas mal Oumou Sangaré et Fatoumata Diawara, j’adore.

W : De même, quels sont les artistes occidentaux que vous écoutez le plus ?​

AL : J’écoute beaucoup Banks, le dernier EP de Brent Faiyaz, et le dernier album de Jhene Aiko.

Jhene Aiko – Chilombo

W : A quoi ressemble une journée classique d’Awa Lemen ?

AL : Cette année j’ai décidé de faire une pause dans mes études de psychologie pour me consacrer à 100 % à ma musique. Donc mes journées sont plutôt calmes selon les semaines. Je me réveille tôt généralement vers 7-8h, je réponds à mes mails et tout ce qui n’est pas amusant.

Ensuite, je médite et je me mets à écouter des instrumentales que l’on m’envoie. Si ça m’inspire je me mets à écrire dessus, ensuite je m’enregistre et je mixe. Ça me prend toute la journée généralement, je n’aime pas commencer quelque chose et ne pas le terminer. Puis il y’a des journées où je vais seulement me consacrer à mes hobbies (lecture, série, voir mes amis, etc.) car je n’ai pas tous les jours de l’inspiration malheureusement (rires).

W : Quel est votre définition de la Nouvelle Afrique ?​

AL : Chaque fois que je retourne au Burkina je vois les progrès et l’ouverture sur le Monde. Il y’a du bon et du mauvais, je pense que c’est bien que l’Afrique progresse mais en même temps il y’a cette désagréable sensation que la culture occidentale s’impose de manière considérable. J’espère que l’Afrique ne perdra pas sa culture et que la nouvelle génération continuera de perpétuer certaines traditions qui selon moi font de ce continent son unicité.

W : Quels sont vos projets de musique en préparation ?​

AL : En ce moment je travaille sur un album pour la fin de l’année. Quelques chansons sont déjà prêtes donc je vais travailler sur des clips pour accompagner ces singles et augmenter ma visibilité.

W : Où vous voyez-vous dans 5 ans ?​

AL : Bonne question ! (rires)… En tant qu’artiste il est dur pour moi d’avoir une vision sur 5 ans car tout peut changer du jour au lendemain. Mais j’espère que je serai en tournée mondiale avec une belle équipe et que je continuerais de partager ma passion dans le monde entier. J’espère avoir un enfant d’ici là aussi et qu’il sera avec moi en tournée !

W : Un mot de la fin pour nos lecteurs et vos fans ?

AL : Je voudrais juste exprimer ma reconnaissance pour chaque personne qui prends le temps d’écouter et de partager ce que je fais. Et je voudrais aussi encourager chaque personne à écouter son cœur et à dépasser ses petites voix dues à nos peurs.

Suivez Awa Lemen sur :

3 Comment

  1. Talentueuse et de surcroît intelligente, ce qui fait plus son charme. J’adore tout ce que fait cette jeune artiste . Je lui souhaite une brillante carrière. J’espère qu’elle pourra retourner un jour en Afrique pour une série de concerts. Ça serait super ! Mais je sais, il faut qu’elle commence d’abord ici, en France .
    Bravo l’artiste!
    Très bel article 👍👍

  2. Tout ce que l’on attend d’un artiste sensible et généreux merci Awa et bonne route

  3. Artiste très talentueuse. Superbe interview

Laisser un commentaire