Giannis Antetokounmpo est-il le MVP 2018-2019 en NBA ?

par / Aucun commentaire / 1 mars 2019

Ce cru 2018-2019 de NBA est la saison de la consécration pour Giannis Antetokounmpo. Le joueur grec d’origine nigériane réalise en ce moment la saison la plus accomplie de sa jeune carrière avec les Milwaukee Bucks, au point de faire de cette franchise une prétendante au titre et de figurer parmi les favoris pour le trophée MVP de la saison régulière. Peut-il l’emporter face à une concurrence plus que féroce ? Tentative de réponse dans cet article !

L’heure de la reconnaissance et de la popularité

De l’avis de bon nombre d’observateurs du basket américain, Giannis Antetokounmpo incarnait l’avenir de la NBA quand il a explosé à la face du monde lors de la saison 2016-2017, année de sa première sélection au All-Star Game. D’ailleurs nous l’avions plébiscité parmi nos sportifs qui ont marqué l’année 2017. Mais à l’heure où nous écrivons ces lignes, il EST le présent de la Ligue et la valeur étalon de la Conférence Est. En effet, la petite franchise de Milwaukee caracole en tête (47 victoires-14 défaites au 1/03) et son joueur vedette a reçu le plus de votes à l’Est, ce qui lui a permis de devenir capitaine d’une Team All-Star le mois dernier face à LeBron James.

Crédits : nba.com

Et devinez qui figure sur la couverture du jeu NBA 2K19 ? Giannis encore ! Une cote de popularité très agréable à observer, quand on sait que la ligue nord-américaine valorise très peu les joueurs issus d’autres continents. C’est pour cela que chacun reconnait aujourd’hui que le Grec de 24 ans est peut être ce qui se fait de mieux sur la planète basket actuellement et qu’il peut marcher sur les traces de l’Allemand Dirk Nowitzki, seul Européen sacré MVP en 2007.

Giannis le joueur : le basketteur 3.0

Car Antetokounmpo est avant tout un joueur qui sait tout faire sur un terrain de basket. Il arrive à mettre à profit ses 2,21m et ses 110kg en défense comme en attaque, à l’arrière comme à l’intérieur et il est capable également de dribbler comme un meneur. Sa rapidité est incroyable pour un joueur de son envergure, ce qui en fait un ailier ou un ailier fort redoutable sur les parquets. Niveau stats, Giannis tourne au 1er mars à 27 points en moyenne, 12,6 rebonds et 5,9 passes décisives en 33 minutes. Il arrive donc cette année à être aussi efficient que la saison passée malgré un temps de jeu réduit (36 minutes en 2017-18). S’il est le grand artisan de la très belle saison des Bucks, sa complémentarité avec l’arrière Khris Middleton et le meneur Eric Bledsoe a permis à la franchise de franchir un cap pour figurer parmi les favoris à la victoire finale en juin prochain.

crédits : sportingnews.com

L’ascension du joueur de 24 ans est irrésistible, arrivé en 2013 à Milwaukee à 19 ans, après seulement une petite saison en D2 grecque. C’est par son investissement à la tâche qu’il est parvenu au fil des saisons au résultat que vous connaissez. Entre le Giannis Antekounmpo de 2013 et aujourd’hui, il y a plus de 20 kilos d’écart, et on imagine la masse musculaire prise dans ce laps de temps. L’Histoire semble écrite d’avance : rien ne résistera au “Greek Freak” !

Peut-il être battu cette saison ?

Il semble difficile de faire face à un tel joueur, quasiment injouable des deux côtes du terrain mais des facteurs peuvent enrayer la grosse machine de guerre. Même s’il cherche à progresser, on ne peut pas dire que Giannis est un gros shooteur notamment à 3-points. Il tourne à 23,7% de tirs réussis dans ce secteur, ce qui lui laisse une marge de progression assez importante pour les saisons à venir.

Crédits : behindthebuckpass.com Mandatory Credit: Jeff Hanisch-USA TODAY Sports

La compétitivité de la Conférence Est – et encore plus avec le départ de LeBron James de Cleveland aux Lakers – laisse à désirer tant le niveau semble largement inférieur à celui de l’Ouest, où les Golden State Warriors règnent en maître depuis maintenant quatre ans. Si les Bucks parviennent à aller aux finales NBA, nul doute que l’armada de Steph Curry, Kevin Durant ou encore Klay Thompson devrait les étriller par la force de l’expérience et de la concurrence accrue à l’Ouest.

A titre individuel, Giannis fait face à un joueur pour le titre de MVP : l’arrière et meneur des Houston Rockets James Harden. Dans une ère où les lignes de statistiques individuelles sont importantes, le soliste barbu affole les compteurs. Il tourne dans la conférence Ouest à 36,6 points par match (à plus de 40 points depuis la mi décembre !!!), et a accompli une série de 32 matchs consécutifs à plus de 30 points (deuxième performance de tous les temps). Son aisance à 3 points en contraste avec celle d’Antetokounmpo peut faire la différence au moment des votes. Mais à choisir entre un joueur qui amène son équipe au sommet de la Ligue et un joueur qui polarise tout le jeu de son équipe qui peine à obtenir sa place en playoffs, le choix de WANA est vite fait : pour nous, ce sera Giannis !

Suivez Giannis Antetokounmpo sur :

Laisser un commentaire