Divine Oduduru, la nouvelle terreur nigériane du sprint mondial !

par / Aucun commentaire / 9 juin 2019

L’athlétisme mondial se cherche un nouvel héritier à la Légende Usain Bolt, parti à la retraite en 2017. En cette année de championnats du monde, un sprinter africain affole les chronos : le Nigérian Divine Oduduru. A 22 ans, il s’est imposé comme la révélation de cette saison et comme un des favoris pour Doha ! Portrait.

Un junior plein de promesses

Ejowvokoghene Divine Oduduru est un pur produit comme le sprint nigérian sait les produire à l’échelle continentale. Une école dont le savoir faire sur le 100m, le 200m et le relais 4x100m n’est plus à prouver. Le natif d’Ughelli (Nigéria) va y faire ses classes avec brio en étant une des figures de proue du sprint africain chez les juniors. C’est en 2013 qu’il se révèle sur le continent en remportant notamment deux titres de champion d’Afrique glanés à l’Ile Maurice sur 200m et sur 4x100m à 17 ans. Des performances qui lui permettent de représenter son pays en 2014 dans des compétitions internationales d’envergure comme les Jeux du Commonwealth ou encore les championnats du monde juniors. Il réussit même à glaner une médaille mondiale à Eugene (Etats-Unis).

2015 marque son entrée définitive dans la cour des jeunes pousses à prendre très au sérieux. Il signe un triplé historique aux championnats d’Afrique juniors à Addis Abeba (Ethiopie) sur 100, 200 et 4x100m. Il participe la même année aux Mondiaux Relays et aux Jeux Africains (où il finit deuxième) pour ses premiers pas chez les séniors. Mais c’est en 2016 où il fait ses grands débuts aux championnats d’Afrique séniors puis aux Jeux Olympiques sur ce qui va devenir sa distance fétiche : le 200m. Il ne parvient pas à courir les finales mais prend rendez-vous avec l’avenir du haut de ses 20 ans.

Le grand saut réussi chez les séniors

C’est au cours de l’année 2018, une année dépourvue de compétitions mondiales que Divine Oduduru a réussi ses premières grandes performances chez les adultes. L’athlète réalise des chronos impressionnants sur le circuit universitaire américain, il devient champion sur 200m et abaisse sa meilleure performance sur 100m en 10’10, record de son université (Texas Tech Red Raiders) à la clé. Lors des championnats d’Afrique organisés au Nigéria, il performe sur 200m et sur le relais en décrochant deux médailles d’argent à Asaba.

Ce début de saison 2019 en plein air est donc une confirmation de ses progrès mais elle est spectaculaire ! C’est cette semaine à Austin lors des championnats universitaires qu’il a définitivement défrayé la chronique. Il réalise le record du Nigéria et la 2e performance africaine de tous les temps en 19’73, juste derrière les 19’68 du légendaire Frankie Fredericks en 1996. Cela faisait 20 ans qu’un Nigérian n’avait pas couru aussi vite sur le demi-tour de piste. Mais surtout il signe aussi la meilleure performance mondiale de la saison (au 9/06 date de l’article) sur 100m, en 9’86 à 0.01s du record d’Afrique de la distance. Avec ses deux temps supersoniques, Oduduru est rentré dans le cercle très fermé des dix athlètes ayant couru moins de 10′ aux 100 m et 20′ aux 200 m dans la même journée, en compagnie d’Ato Boldon et Justin Gatlin.

“I never experred it”

2013. Lors de ses premières interviews, Divine attendrit l’auditoire avec son anglais et son fort accent nigérian. De ces interventions  « I never experred it » est une formule désormais reprise dans tous ses tweets, devenue la marque de fabrique du coureur.

Celui qui est devenu l’attraction athlétique de l’année devra maintenant franchir un cap cette année en transformant l’essai aux championnats du monde qui auront lieu à Doha (Qatar). Il figurera naturellement parmi les favoris face à une concurrence renouvelée dans le sprint mondial, orpheline d’Usain Bolt, idole de notre ami Divine. A 22 ans, Divine Oduduru a des chances de marcher sur les traces du Jamaïcain et de mettre pour la première fois le continent africain sur la plus haute marche d’un podium mondial. Avant un podium olympique à Tokyo en 2020 ?

Suivez Divine Odururu sur :

Laisser un commentaire