A la découverte du Gabon, nature et culture, en marge de la CAN 2017.

par / Aucun commentaire / 16 janvier 2017

En cette période de Coupe d’Afrique des nations, les yeux africains et d’ailleurs sont rivés sur le Gabon. Une occasion en or pour le pays de développer son image à l’international. WANA vous propose de découvrir autrement un beau pays qui mériterait une meilleure gestion politique et une meilleure situation sociale. Partons pour Libreville et explorons ensemble les choses à faire et à découvrir au Gabon.

Le Gabon, une réserve naturelle géante.

            Une faune et une flore d’exception.

Le Gabon est un état de l’Afrique équatoriale qui ravira les amateurs de nature et de tourisme hors du commun. C’est avant tout un pays caractérisé par l’immensité de sa forêt qui recouvre environ 80% de son territoire ! Dans cette forêt équatoriale dense on retrouve de nombreuses variétés d’arbres. Le climat du Gabon, caractérisé par une grande chaleur et un taux d’humidité important, est favorable à une végétation marquée par la présence de très grands arbres à l’image de l’acajou, de l’okoumé, du palmier et de l’ébénier.

Avec une flore aussi importante que variée, le Gabon dispose d’une faune non moins exceptionnelle. Les forêts du pays abritent des vipères, des pythons, des hérissons, des porcs-épics, des babouins, des gorilles, des chimpanzés, des mandrills, des makis, des toucans et des perroquets. En bordure des rivières, on retrouve des crocodiles, des tortues et des hippopotames, et, dans les prairies, des antilopes, des buffles et des éléphants.

            Le Parc de la Lopé.

Sous l’impulsion de son président Omar Bongo, le pays a créé en septembre 2002 un réseau de 13 parcs nationaux pour protéger les différents systèmes naturels de ces parcs, parmi lesquels, la réserve de Lopé. Site protégé du Gabon, inscrit depuis 2007 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom de « Écosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda », la réserve de Lopé contient un nombre important d’espèces variées, et notamment de mammifères en voie de disparition. Par exemple, le parc détient le record d’Afrique du nombre d’éléphants au kilomètre carré : 3. Située au centre du pays et occupant une superficie de 500 000 hectares, la réserve de Lopé est sans aucun doute l’attraction touristique la plus importante du Gabon.

            Les lacs du Gabon.

Le Gabon est également un pays que l’on visite pour ses lacs. Grâce à un réseau hydrographique très important et au bassin versant de l’Ogooué, principal fleuve gabonais, le pays dispose de nombreux lacs. Les plus grands d’entre eux se situent sur le bassin côtier. La région qui correspond au delta intérieur de l’Ogooué abrite la plus grande concentration de lacs du Gabon.

Sur la rive gauche du fleuve, on retrouve les lacs Ezanga, Oguemoué et Onangué, sur la rive droite, les lacs Azingo, Gomè, Opindalwango. Ailleurs on dénombre les lacs Goumba, Kivoro et Cachimba. La Région des lacs fait figure d’incontournable et se visite, au-delà de cette beauté limnologique, pour sa proximité avec les populations locales. Parmi celles-ci, il est possible de découvrir les coutumes locales, les musiques et danses traditionnelles des populations à dominante myéné.

Villes, arts et culture au Gabon.

           Une urbanisation moderne mais onéreuse et encline à la violence.

Si les villes du Gabon n’ont pas le potentiel touristique de certaines de leurs voisines africaines, Libreville et Port-Gentil, présentent tout de même des éléments intéressants. La capitale gabonaise a par exemple hérité d’un palais présidentiel à l’architecture très faste avec  des colonnes grecques. Une architecture digne d’une présidence de fer… La visite de la capitale Libreville continue avec la découverte du musée national des Arts et Traditions, l’église Saint-Michel, dans le quartier de N’Kembo, ou encore le quartier Sainte-Marie et sa cathédrale.

Ces grandes villes disposent également de belles plages et son à proximité de lieux idylliques. L’île Saint Denis est à peine à 10 minutes de la capitale Libreville. Ici, rien d’autres que du farniente sur le sable chaud, de l’eau cristalline, des grillades et du jet-skis. Endroit merveilleux où le loisir de plage côtoie la virginité de la forêt !

Les amateurs de tourisme urbain pourront également faire un saut à Port-Gentil, la deuxième ville du pays. Située sur l’île Mandji, à quelque 144 km au sud-ouest de la capitale gabonaise, la cité offre elle aussi des plages magnifiques comme en témoignent celles de Cap Lopez. C’est également une ville dans laquelle se trouvent des boîtes, des restaurants et autres lieux de fêtes.

Il ne s’agit pas dans cet article de faire l’éloge du Gabon, mais de le découvrir tel qu’il est. Il est important de préciser qu’aucune route ne relie les deux principales villes du pays, preuve du faible niveau d’infrastructures routières du pays. De plus, le coût de la vie au Gabon est très élevé et Libreville et Port-Gentil connaissent une hausse de la délinquance.

            Art et culture au Gabon.

Au Gabon, impossible de ne pas remarquer l’importance des masques dans la culture du pays. Utilisés à l’occasion de différents événements de la vie, telles que les cérémonies, les masques sont propres à chaque ethnie. Par exemple, les masques Okuyi, tout en blancs sont utilisés dans la tribu Myénée à l’occasion de funérailles. De son côté, le masque Bodi, appartient à l’ethnie Pové.

La cuisine du Gabon donne une place importante aux féculents et puise dans des ingrédients de base à l’image de la banane plantain, le manioc, le piment ou encore l’aubergine africaine. Les produits de la mer sont également très sollicités dans cette cuisine. Pour citer quelques plats traditionnels, il y a la boulette, une boule de bananes plantain pilées ou encore le nyembwe, une sauce de ragoût, préparée à base de noix de palme cuites puis pilées, et servie avec du poulet. Sans oublier le gari, soit de la farine de manioc aux crevettes.

Laisser un commentaire