Dear White People (Netflix) : bien plus qu’un coup de cœur !

par / Aucun commentaire / 17 juillet 2017

WANA donne la parole à ses lecteurs et lectrices sur leurs coups de coeur ou leurs coups de gueule. Cette semaine, notre équipe donne carte blanche pour une critique d’une des séries à succès de l’année : Dear White People, diffusée sur la plateforme Netflix. L’occasion de vous faire découvrir une série qui touche des sujets de société importants à nos yeux en plus d’une (nouvelle) plume de grand talent !

Par Myriam Pharabod

Dear White People est une des nouveautés Netflix de l’année 2017. Diffusée depuis le 28 avril 2017, cette série satirique composée d’une saison de dix épisodes et inspirée du film de Justin Simien a pour thème principal le racisme systémique vécu par les étudiants de la prestigieuse université de Winchester. A travers son émission de radio, Samantha White, personnage principal, dénonce.

Le racisme sur les campus, une question (toujours) d’actualité

Dear White People traite du racisme dans un contexte donné en s’immergeant dans un campus universitaire, un lieu qui devrait pourtant être synonyme de diversité, d’inclusion et de grandeur intellectuelle. Dès les premières minutes du premier épisode, nous comprenons vite que ce n’est pas tout à fait le cas de Winchester : Sam et ses amis sont constamment renvoyés à des stéréotypes, que ce soit de la part de professeurs, à travers des sous-entendus, ou de la part d’étudiants, avec l’organisation d’une blackface party1. Seulement, toute la dynamique de Dear White People réside dans le fait qu’ils ne restent pas silencieux, loin de là. Les étudiants que nous suivons épisode après épisode luttent pour leurs droits, s’organisent et veulent sensibiliser les autres à ce qu’ils vivent tant bien que mal, mais ce n’est pas au goût de tous.

Face à leur contestation, des étudiants blancs invoquent le «reverse racism2 » et ne tardent pas à s’exclamer que « all lives matter3 ». Là encore, Dear White People a su trouver les mots justes pour interpeller sur la réalité du racisme systémique et démontrer que ce n’est en rien comparable à quelques situations inconfortables où ces étudiants blancs se sont retrouvés car forcés d’entendre ce sur quoi ils préféraient fermer les yeux.

Au-delà du racisme, entre amour de soi et empouvoirement

Aborder Dear White People uniquement à travers le prisme du racisme serait très réducteur au vu de la richesse des thèmes abordés. Chaque épisode nous plonge dans l’univers d’un personnage différent et nous fait découvrir un nouveau sujet en rapport avec la fin de l’adolescence, l’entrée dans la vie étudiante et l’arrivée de nouvelles responsabilités. Les relations sociales sont explorées à différents niveaux. La série traite des relations amoureuses, sexuelles, amicales et familiales à un âge où on se cherche encore, le tout sans infantiliser les personnages qui sont bel et bien de jeunes adultes. L’homosexualité y est abordée sans tabou dès les premiers épisodes, ainsi que les questions de violence policière, de pouvoirs et d’argent. Du haut de Winchester, on arrive à retrouver tous les acteurs de la société civile actuelle, alors même que le militantisme des étudiants n’hésite pas à bousculer les codes sociaux établis.

Une série à voir et à revoir

Au-delà des sujets profonds traités par la série, Dear White People m’a marquée par sa fraîcheur et sa modernité. C’est une série actuelle, inclusive et qui met la jeunesse sur le devant de la scène. Le jeu des acteurs est admirable et les rôles sont joués avec justesse. La satire est une part importante de la série mais cela ne lui enlève en rien sa crédibilité. Au contraire, loin de tomber dans la caricature, on peut découvrir une série poignante, sérieuse et divertissante. Bonne nouvelle pour ceux qui comme moi en sont devenus accros : la série est renouvelée par Netflix pour une deuxième saison !

Retrouvez Dear White People sur :

1 Il s’agit d’une fête où le thème consiste à se déguiser en Noir.e.s en peignant son visage (d’où le nom « blackface ») et en portant toutes sortes d’accessoires, le tout en reproduisant caricatures et stéréotypes.

2 En français « racisme inversé ».

3 En français « toutes les vies comptent ». Cette exclamation est une réponse au mouvement « Black lives matter » (la vie des Noir.e.s compte).

Laisser un commentaire