Carnet de vacances : Le Football en Égypte, bien plus que du sport (4/5)

par / Aucun commentaire / 16 mars 2017

Des membres de la WANATeam se sont rendus en voyage en Égypte pour une durée de 20 jours, le temps pour eux de faire le tour de ce fabuleux pays ! Cet article est le quatrième d’une série de 5 articles retraçant ce voyage inoubliable, et qui on espère vous donnera envie à vous aussi de mettre le cap au pays des Pharaons. Après deux premiers articles où WANA vous a emmené à la découverte de la Haute-Égypte et de la Nubie, au sud de l’Égypte, mais aussi à la découverte des légendaires pyramides de Gizeh et vous a fait découvrir la cuisine égyptienne, place au football en Égypte et à l’importance que ce sport a dans le pays.

Les Pharaons : la fierté du peuple durant la CAN 2017

Nous arrivons en Égypte à Hurghada le lendemain de la qualification égyptienne pour la finale de la CAN après une victoire aux tirs au but face au Burkina Faso. On ne réalise pas vraiment l’engouement encore dans le pays pour la compétition et le football en général.

Plus les jours passent plus la finale face aux Lions Indomptables du Cameroun devient le sujet principal ici, la pression monte et on parle beaucoup des victoires passées de l’équipe dans la compétition mais aussi les exploits du pays contre l’Italie et le Brésil en Coupe des Confédérations en 2009. Les drapeaux et maillots de l’équipe nationale où des légendaires clubs africains tel qu’Al Ahly, le club le plus couronné d’Afrique de la star du football égyptien Mohamed Aboutrika et son rival historique le « Zamalek » envahissent les rues… Pris par l’ambiance, on s’achète le maillot brodé des 7 étoiles, symboles des CAN remportées par les Pharaons, qui sont les recordmen de la compétition.

En face le Cameroun est une nation respectée que craignent les Égyptiens. Cette finale oppose deux pays légendaires du continent, en reconstruction sportive et qui n’étaient pas attendus à ce stade de la compétition. Le soir du match arrive, on se rend dans un café pour regarder le match accompagné de Taha, un Egyptien rencontré sur place. Les cafés et restaurants sont pleins, les sièges sont même aménagés dans les rues avec des télévisions pour permettre à tout le monde de regarder le match. Femmes, hommes, enfants, tout le monde est au rendez-vous pour passer une bonne soirée, une soirée que les Égyptiens attendaient depuis maintenant 7 ans.

L’Égypte attaque le match sans pression, domine totalement son sujet et ouvre le score sur un super but de son milieu de terrain d’Arsenal El Neny. La foule exulte, à ce moment-là que l’on se dit que la soirée ne fait que commencer. Au retour des vestiaires, les Camerounais montrent un nouveau visage et finissent par égaliser. La tension se fait ressentir ici. On sent que le match commence à tourner…  et Aboubakar vient crucifier le peuple égyptien d’un splendide but dans les arrêts de jeu. La déception et la tristesse se ressentent sur les visages. Cependant les Egyptiens restent fiers de leur équipe et la déception laisse vite place au bonheur que les joueurs leur ont procuré pendant cette compétition, une sensation qu’il n’avait pas ressentie depuis plusieurs années et qu’ils n’espéraient pas pendant cette CAN. La bande à Salah a su déjouer les pronostics et faire vibrer tout un peuple.

AL Alhy VS Zamalek : Le grand derby du Caire, sommet du football en Égypte

Quelques jours plus tard, à Kom Ombo, où nous sommes logés chez notre taxi rencontré à Louxor, nous avons la chance de pouvoir assister au derby égyptien en finale de la Coupe d’Egypte entre Al Ahly le champion qui espère faire le doublé et le rival Zamalek.

Le plus sympa dans tout cela c’est que dans la famille tout le monde supporte Al Ahly sauf le plus jeune des frères, passionné et complètement amoureux de son club, le Zamalek qu’il qualifie comme étant “toute sa vie” et il est un grand fan du joueur égyptien Shikabala, originaire de la région et plus particulièrement de la ville d’Assouan.

Toute la journée, il subira les moqueries de la famille et nous-mêmes le taquinons sur le fait que son équipe ne va pas gagner, mais ça reste bon enfant et nous passons un super moment. On en vient même à parier : si Zamalek gagne, Samuel s’engage à prendre une photo avec le maillot du club. Le match est tendu, très serré et le Zamalek finit par gagner au tirs aux buts, et Sam doit donc respecter son pari, photo à l’appui :

Le football européen vu d’Egypte : entre Liga et AS Roma

Le dernier match que l’on partagera avec le peuple égyptien est le fameux PSG-Barcelone dans la capitale Le Caire, remporté par les Parisiens 4 à 0 dans l’incompréhension totale. Les Égyptiens où nous étions étaient tous derrière Barcelone, beaucoup plus populaire du côté du pays des Pharaons, où les deux géants de la Liga, le Real Madrid et le Barça, sont très populaires ; on retrouve même les logos des clubs sur les chichas (!), dans les cafés… On ose imaginer leur joie lors du match retour, la « Remontada » des Catalans et cette victoire 6 à 1.

L’autre club étranger supporté en masse en Égypte est bien sur l’AS Roma car la star du pays Mohamed Salah y joue. Nul doute que les Égyptiens seront derrière la TV ce soir et espéreront une qualification des Romains face aux Lyonnais et que leur joueur fétiche ramènera un trophée à la Roma, un trophée derrière lequel les Giallorossi courent depuis presque 10 ans.

Laisser un commentaire