CAN 2019 : ils ne sont plus que 16 pour la victoire finale !

par / Aucun commentaire / 3 juillet 2019

Le 1er tour de la CAN 2019 vient de s’achever, on connait désormais les qualifiés pour les 8es de finale. WANA vous donne son analyse pour aborder chacune des affiches plus ou moins inédites de ce nouveau tournoi qui commence avec les matchs à élimination directe.

Maroc-Bénin

S’il y a bien une équipe qui semble séduisante dans ce début de la CAN 2019 ce sont les Lions de l’Atlas ! Trois matchs, trois victoires pour les hommes d’Hervé Renard sur le même score (1-0) face à la Namibie, la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud. Le contenu est plutôt positif au niveau comptable et même dans la maîtrise collective, les Marocains semblent bien équilibrés sur le terrain. Cependant, on pourrait penser que les coéquipiers d’Hakim Ziyech fassent preuve d’efficacité en attaque. Car à l’image du Mondial 2018, la question de l’avant-centre demeure, le ratio tirs cadrés/tirs laisse à désirer et il faudra être cliniquement tueurs dans la surface pour espérer un titre de champion d’Afrique. Les Béninois quant à eux ont fait “une Portugal” : trois matchs nuls face au Ghana (2-2) à la Guinée-Bissau (0-0) et au Cameroun (0-0). Un statut de meilleur troisième qui permet aux Écureuils de se hisser au 2e tour pour la première fois de leur histoire. Michel Dussuyer a joué le calcul en ne prenant aucun risque en attaque sur les deux derniers matchs, mais les Béninois ont été surprenants dans le bon sens du terme grâce à Michael Poté, auteur d’un doublé face aux Black Stars.

Notre prono : Les Marocains sont en mission et leur chemin ne va pas s’arrêter maintenant.

Ouganda-Sénégal

On a pensé que l’Ouganda pouvait être considéré comme un outsider sérieux dans cette CAN 2019. La dynamique de l’équipe du solide gardien Dennis Onyango a été déclinante au fil des trois rencontres. Séduisante contre la RD Congo (2-0), joueuse mais moins sereine contre le Zimbabwe (1-1) et semblant timorée face à l’Egypte (0-2) l’équipe des Cranes n’aborde pas ce 8e de finale dans les conditions optimales. Les Lions de la Teranga eux ont tenu leur rang face à la Tanzanie (2-0) et face au Kenya (3-0) mais ils se sont inclinés contre les Fennecs algériens (0-1) pour terminer à la 2e place du groupe. La solidité d’ensemble des hommes d’Aliou Cissé, emmenés par l’excellent Idrissa Gueye et l’efficacité retrouvée de la star Sadio Mané face au Kenya peuvent donner des espoirs de prochain tour aux Sénégalais. Mais le manque de réalisme de Mbaye Niang en attaque et surtout le forfait jusqu’à la fin de la compétition du très bon Edouard Mendy dans le but vont compliquer la tâche des Lions. Et attention aux phases de jeu en transition des Ougandais et aux coups de pied arrêtés de Miya et d’Okwi qui peuvent être décisifs.

Notre prono : Le Sénégal, si ses cadres (Koulibaly, Gueye, Mané) se montrent à la hauteur de l’événement, ira en quarts de finale.

Madagascar-RD Congo

Le grand sourire de cette CAN 2019 est malagasy ! La sensation de ce 1er tour a fait forte impression face à la Guinée (2-2) mais surtout face au Nigéria (2-0) ! Le tarif minimal contre le Burundi (1-0) et voilà les Barea 1ers de leur groupe B devant les champions d’Afrique 2013. Une bouffée d’air frais et surtout méritée tant Madagascar a montré des convictions solides dans le jeu tout en étant efficace sur coups de pied arrêtés. La Présidence de la République a même affrété un avion rempli de supporters pour soutenir les Barea pour ce 8e de finale. Quant aux Léopards, la notion de miracle est à employer pour évoquer la rocambolesque qualification du Congo. Un match catastrophique contre l’Ouganda (0-2) perturbé par une préparation interne et par des (habituels) dissensions internes, une défaite cruelle face à l’Egypte (0-2) avant une victoire fleuve contre le Zimbabwe (4-0), victoire qui a permis à la RDC de terminer meilleur troisième. Un résultat qui déconcerte mais qui témoigne d’une montée en puissance accompagnée de changements en profondeur dans le onze de départ (Mulumbu, Mbemba, Bolingi) pour suivre le talentueux Bakambu, leader technique de cette équipe coachée par Florent Ibenge. Un miraculé qui n’a plus rien à perdre dans ce nouveau tournoi qui commence.

Notre prono : Les Barea sont plus soudés collectivement que les Léopards, une victoire malgache serait historique mais le RD Congo est revenu d’entre les morts. Pièce sur le Congo au bout du suspense.

Ghana-Tunisie

Une affiche de ces 8es de finale mais d’équipes qui ont globalement déçu. Les Black Stars ont montré de grandes fragilités face au Bénin (2-2) avant de ne rien proposer face au Cameroun (0-0). C’est une victoire poussive contre la Guinée-Bissau obtenue en 2e mi-temps (2-0) que les coéquipiers d’Andre Ayew ont arraché leur qualification. Et c’est son frère Jordan Ayew qui a sorti ses habits de lumière pour sortir le Ghana de l’ombre en inscrivant deux superbes buts (bien plus que son total cette saison en Angleterre). Mais sinon, le finaliste 2015 est bien loin de son niveau de jeu qui a été une des références africaines dans les années 2000-2010. L’éternel pompier de service Kwesi Appiah n’a pas réussi à trouver des solutions claires pour la mener sur la route d’un éventuel succès le 19 juillet prochain. Et que dire de la Tunisie ? Sérieuse en préparation amicale, les Aigles de Carthage n’ont pas réussi à marquer un but dans le jeu. Un but sur penalty contre l’Angola (1-1) un autre sur coup franc face au Mali (1-1) et rien contre la Mauritanie (0-0), les hommes d’Alain Giresse font de la peine à voir surtout quand on sait qu’ils disposent en attaque de joueurs comme Khazri, Sliti ou Msakni et que ces derniers n’arrivent pas à animer le jeu offensif. Cette qualification tunisienne n’est pas usurpée mais met en doute la capacité des Aigles à aller chercher un 2e trophée à la CAN.

Notre prono : S’il fallait ne pas choisir, on l’aurait bien volontiers fait. Mais donnons un petit avantage à une équipe qui a connu la victoire dans ce 1er tour : le Ghana.

Nigéria-Cameroun

Le classique des classiques dès les 8es de finale ! Ce sommet du football africain n’a de choc que le nom, surtout quand on voit les forces en présence et le parcours de ces deux équipes lors du 1er tour. Les champions d’Afrique en titre d’abord ont entamé la compétition en battant sans éclat la Guinée-Bissau (2-0) puis en concédant deux matchs nuls (0-0) contre le Ghana et le Bénin. Le fond de jeu des hommes de Clarence Seedorf est quasiment inexistant, sans créativité et surtout sans présence dans la surface de réparation adverse ! Un comble dans le pays des Eto’o, Milla, M’Boma. Le capitaine Choupo-Moting est indigne du poste d’avant centre des quintuples champions d’Afrique mais l’essentiel est là puisque les Lions indomptables n’ont pas concédé de buts. Quant aux Super Eagles, ils ont montré une solidité tactique mais peu de spectacle face au Burundi (1-0) et contre la Guinée (1-0) avant de s’incliner face au surprenant Madagascar (0-2). Les hommes de Gernot Rohr cherchent encore la bonne formule en attaque, tiraillés entre puissance (Ighalo) et recherche de profondeur (Musa), entre maîtrise du milieu (Ndidi, Obi Mikel) et percussion (Iwobi). Ces deux équipes naviguent à vue, ce qui n’augure rien de bon pour les matchs à enjeux. Ah qu’il est loin le temps de la finale de la CAN 2000 !

Notre prono : Un géant tombera avant les quarts de finale, bien malin est celui qui saura qui gagnera le match. Une toute petite pièce sur le Nigéria.

Egypte-Afrique du Sud

Peut être un des chocs les plus déséquilibrés de ces 8es de finale. Tous les voyants sont au vert pour les Pharaons dans leur CAN 2019. Trois matchs, trois victoires, aucun but encaissé et une impression de maîtrise à l’égyptienne qu’on a vu et revu par le passé. Même si ça a été difficile contre le Zimbabwe (1-0) et sévère au niveau du score face à la RD Congo (2-0) le visage montré par les Égyptiens a été globalement satisfaisant face aux Ougandais (2-0). Ils ont pu compter sur les exploits individuels de la star Salah (2 buts) mais surtout sur les différences techniques de Mahmoud “Trezeguet” Hassan, qui semble être le meilleur joueur égyptien de ce 1er tour. Javier Aguirre, même s’il propose peu de jeu spectaculaire n’a pas trop de soucis pour le moment. Les Sud Africains quant à eux sont clairement décevants. Bien moins flamboyants que lors des éliminatoires du Mondial 2018, les Bafana Bafana peinent à séduire dans le jeu et proposent des matchs ennuyeux. Soporifiques contre la Côte d’Ivoire (0-1), apathiques face au Maroc (0-1), ils sont parvenus à s’en sortir face à la Namibie (1-0) en assurant le service minimum. Il est difficile de mettre un but aux Sud-Africains certes mais l’efficacité des attaquants laisse présager un match neutre offensivement.

Notre prono : L’Egypte n’aura pas le temps de douter dans ce 8e à notre avis.

Algérie-Guinée

En toute franchise, le favori de cette CAN 2019 se trouve chez les Fennecs ! Comme l’Egypte et le Maroc, l’Algérie a réalisé le sans faute ! Dominateur puis gestionnaire contre le Kenya (2-0), solide et discipliné pour se débattre du Sénégal (1-0) avant de terminer en beauté face à la Tanzanie (3-0) en se permettant le luxe de faire tourner l’effectif, l’Algérie se prend enfin à rêver d’un destin similaire à celui de 1990, date de leur unique victoire continentale. Djamel Belmadi a instauré une rigueur à ses joueurs sur le terrain mais aussi en dehors (Belkebla) qui laisse le champ libre au travail, visible par les résultats. La gestion de l’attaquant de pointe est un modèle du genre avec une hiérarchie clairement définie mais pas figée (dans l’ordre Bounedjah, Delort, Slimani) qui ont chacun répondu présent quand il le fallait. C’est surtout l’investissement des coéquipiers de Riyad Mahrez et Aissa Mandi qui fait plaisir à voir. L’équipe de Guinée quant à elle se cherche encore. Paul Put cherche la bonne formule pour évoluer sans son maître à jouer Naby “Deco” Keita, blessé sur la fin de saison en club et qui est en deçà de ses capacités habituelles. Surpris désagréablement par Madagascar (2-2), les Guinéens ont tenté de forcer le retour de Naby dans le onze type face au Nigéria en vain (0-1) avant d’aller chercher la qualification (sans Naby !) face au Burundi (2-0) bien aidés par une expulsion burundaise en début de match. Le Syli National, si dominateur en éliminatoires n’a pas répondu aux attentes de certains observateurs les voyant comme grands outsiders de cette CAN 2019.

Notre prono : Les Verts sont plus forts que les Guinéens, qui devront faire au mieux avec leur meilleur joueur sur une jambe.

Mali-Côte d’Ivoire

Le match le plus serré pour conclure. Les Maliens ont montré une fière allure sur ce 1er tour en battant largement la Mauritanie (4-1). Le match nul contre la Tunisie est un cadeau offert par le gardien tunisien (1-1) et la victoire sur l’Angola (1-0) a propulsé les Aigles vers la première place du groupe. Les Maliens qui ont souvent excellé par leur densité physique par le passé font confiance à des joueurs de petit gabarit (à l’image du capitaine Abdoulay Diaby) et n’hésitent plus à marquer en dehors de la surface (3 buts de cette façon). Marega en fixation en attaque continue de peser sur les défenses pour ouvrir les brèches pour les joueurs excentrés : le danger malien est maintenant partout ! Les champions d’Afrique 2015 n’ont pas brillé sur les premiers matchs en disposant sans éclats de l’Afrique du Sud (1-0) avant de s’incliner face au Maroc (0-1). Les Éléphants se sont largement imposés face à la modeste Namibie (1-4) pour assurer la 2e place mais le contenu souffle le chaud et le froid sur les Ivoiriens. Ils attendent beaucoup plus de Nicolas Pépé, dernière star en date de la Ligue 1 la saison passée, de Zaha et Gradel qui ne percutent pas autant qu’en club autour de Jonathan Kodjia, le 9 attitré. Le regain de forme face à la Namibie pousse à réfléchir mais l’essentiel est loin d’être assuré face à des Maliens beaucoup plus sûrs de leurs forces et faiblesses dans cette CAN 2019.

Notre prono : On a toutes les chances de voir cette rencontre se terminer au bout de 120 minutes. La dynamique des premiers matchs va vers le Mali.

Laisser un commentaire