CAN 2017 : Zoom et analyse des matchs des quarts de finale !

par / Aucun commentaire / 28 janvier 2017

Les quarts de finale de la Coupe d’Afrique ont lieu ce weekend et la WANATeam vous propose une présentation complète des enjeux de chaque match et vous livre son analyse en donnant son pronostic ! 

Burkina Faso – Tunisie

28 janvier 2017, Stade de l’Amitié, Libreville (17 heures)

Parcours croisés :

Le Burkina Faso et la Tunisie ouvriront la phase des quarts de finale de cette CAN 2017. Ce sont deux équipes que l’on peut qualifier d’outsiders dans la compétition mais qui l’étaient aussi dans leurs groupes respectifs. Le Burkina Faso tout d’abord, sorti premier du groupe A devant le Cameroun mais surtout en éliminant le pays organisateur, le Gabon de Pierre-Emerick Aubameyang. La Tunisie, après un départ poussif et une défaite face au Sénégal s’est bien repris en allant battre son voisin algérien pourtant favori annoncé par de nombreux spécialistes et en atomisant le Zimbabwe 4 buts à 2, ce qui leur a permis de finir deuxième du groupe B.

Confirmations / Révélations / Déceptions

On ne pensait pas voir le Burkina Faso sortir solide premier de son groupe, mais ce n’est pas une surprise pour autant. Les Burkinabè on fait preuve de courage et de solidarité durant la phase de poules et ont semblé supérieurs à leurs concurrents directs dans le jeu que ce soit le Gabon ou le Cameroun. Bertrand Traoré annoncé comme le phénomène de cette équipe n’a pas encore montré l’étendue de son talent, pourquoi pas contre la Tunisie où, en l’absence de Pitroipa blessé, il sera le principal leader offensif de cette équipe. De son côté, la Tunisie a impressionné par son collectif, la force des Aigles de Carthage réside dans le fait que chaque joueur est important et connaît son rôle.  Un niveau homogène de bons niveaux sans réelle « star  » dans cette équipe, c’est ce qui en fait sa force.

On attend néanmoins une montée en puissance du capitaine Aymen Abdennour, et la Tunisie pourrait bien prétendre au titre final si son roc défensif revient au niveau qui était le sien, étant pour le moment décevant et ayant concédé un penalty évitable contre le Sénégal lors du 1er match des Tunisiens.

WANAProno : Victoire de la Tunisie

La Tunisie est une des équipes qui a le plus impressionné les membres de notre team en particulier par la qualité de leur jeu proposé et le sérieux dont font preuve les joueurs tunisiens. Après une première défaite 2 à 0 contre le Sénégal sans pour autant proposer un mauvais match, les Aigles ont su réagir et se corriger pour remporter haut la main leurs deux matchs suivants. Une dynamique qu’on ne voit pas s’arrêter aussi tôt, tant les Tunisiens paraissent sûrs de leur football, néanmoins une victoire du Burkina Faso ne serait pas un exploit pour le finaliste de la CAN 2013.

Sénégal – Cameroun

28 Janvier 2017, Stade de Franceville, Franceville, (20 heures)

 

Parcours croisés :

C’est une rencontre avec deux équipes au parcours diamétralement opposé lors des phases de poule. Entre une équipe du Sénégal convaincante et parfaitement équilibrée, qualifiée dès le 2eme match et un Cameroun poussif, qualifié dans la douleur lors du dernier match face au voisin gabonais (0-0). Il a cependant su montrer une force de caractère en étant la seule équipe (avec le Maroc) à avoir remporté un match en étant mené au score lors de la deuxième rencontre face à la Guinée-Bissau (2-1).

Confirmations/révélations/déceptions :

Du côté sénégalais, seuls les avants-centres (Diouf et Sow) n’ont pas réellement convaincu, malgré un but de ce dernier lors de la dernière rencontre face à l’Algérie (2-2). Mais les têtes d’affiche Baldé Keita et Sadio Mané (2 buts marqués) ont répondu présent, tout comme Kalidou Koulibaly, Kara Mbodji (1 but) et le duo Idrissa Gueye-Cheick Kouyaté qui ont été des parfaits liants permettant d’assurer l’équilibre de l’équipe. Côté camerounais, aucun joueur de champ n’est sorti du lot. Vincent Aboubakar, qui était notre élément à suivre ; n’a pas disputé le match inaugural, avant de décevoir lors de la deuxième rencontre, pour enfin ne disputer qu’un bout de match face au Gabon. L’homme de la qualification est sans doute le jeune portier Fabrice Ondoa, auteur de plusieurs parades salvatrices dont celle effectuée dans le temps additionnel du dernier match qui évite une élimination au profit du pays hôte.

 WANAProno : Victoire du Sénégal

Le Cameroun a d’ores et déjà atteint son objectif fixé en avant la compétition et jouera sans pression face à une équipe du Sénégal qui a fait bonne impression. Le Sénégal devrait logiquement se qualifier en maintenant son niveau. Mais attention toutefois à l’excès de confiance.

République Démocratique du Congo – Ghana

29 janvier 2017, Stade d’Oyem, Oyem, (17 heures)

Parcours croisés :

Ce sont deux équipes très athlétiques mais aux manières de jouer très différentes. D’une part, avec un seul but encaissé en 3 matches, on retrouve une équipe ghanéenne solide défensivement. D’autre part, il y a une sélection congolaise joueuse et offensive avec 6 buts marqués (soit le meilleur total avec le Sénégal et la Tunisie). Principaux faits d’armes de la RDC : la victoire sur le Maroc, le nul face à la Côte d’Ivoire et la première place d’un groupe C difficile. En ce qui concerne le Ghana, le parcours de qualification s’est avéré beaucoup plus poussif. Avec deux victoires sur le score de 1 à 0 et une défaite sur le même score contre l’Egypte, les Black Stars n’offrent aucune garantie.

Confirmations/révélations/déceptions :

Le Ghana n’a montré aucune certitude dans son jeu. Les hommes d’Avram Grant n’ont joué qu’une mi-temps les deux premiers matchs, et se qualifient avec seulement deux buts marqués. Aucun joueur ne s’est distingué chez les Black Stars, pas même André Ayew, bien que ce dernier n’ait pas tremblé pour marquer le penalty face à l’Ouganda dans un premier match très compliqué. Les Congolais eux, n’ont pas fait mentir les observateurs et continuent d’impressionner.

Le coach Ibenge fait des choix forts qui s’avèrent concluant, il n’a plus fait confiance à Bakambu après le premier match et on lui doit l’importance de Kabananga, buteur sur chaque rencontre en phase de poule. L’équipe joue de mieux en mieux et monte en puissance, 1 but contre le Maroc, 2 contre la Côte d’Ivoire et 3 contre le Togo !

WANAProno : victoire de la RD Congo !

Au vu de ce qui a été proposé durant les phases de poules et de l’expérience de chacune des deux équipes, c’est le quart de finale dont l’issue semble la plus indécise. Bien que le Ghana ne présente aucune certitude, il est difficilement concevable de voir les Black Stars sortir sitôt dans la compétition. Attention tout de même à une équipe congolaise qui monte en puissance match après match et qui se présente comme l’outsider parfait !

Egypte-Maroc

29 janvier 2017, Stade de Port-Gentil, Port-Gentil (20 heures)

Parcours croisés :

Bien malin celui qui aurait pronostiqué ce quart de finale en début de compétition. La surprise ne vient pas des Egyptiens, solides dans ce groupe D qui a été le plus étriqué de cette CAN (6 buts dans les six matchs du groupe). La défense de fer des Pharaons n’a pris aucun but et on a senti l’Egypte tout en maitrise pour sortir première du groupe avec 7 points devant le Ghana. Pour le Maroc, la surprise est totale avec une qualification acquise avec brio au détriment du champion d’Afrique en titre ivoirien (1-0). Les Lions se sont bien ressaisis après la défaite initiale face à la RD Congo (1-0) en battant le Togo (3-1). Le groupe du coach Renard a montré qu’il était soudé et concerné malgré l’absence de nombreux joueurs cadres avant la CAN, pour les emmener vers une qualification en quarts de finale, du jamais-vu depuis 2004 !

Confirmations/révélations/déceptions :

A l’image de tous les attaquants de son équipe, Mohamed Salah a été très discret dans le jeu offensif mais cela ne l’a pas empêché d’être décisif sur les deux buts des Pharaons en poules (1 but, 1 passe décisive). On imagine déjà les dégâts s’il prend le jeu à son compte… La défense fait des prouesses grâce à l’excellent défenseur Ali Gabr (Zamalek), la révélation défensive du tournoi pour le moment. Mais la petite déception vient du milieu de terrain, dépositiaire de l’animation offensive et particulièrement du milieu d’Arsenal Mohamed Elneny, actif mais incapable de dicter et de construire le jeu.

Côté marocain, on peut saluer le jeu collectif sur les trois matchs des hommes d’Hervé Renard réussissant à évoluer en 3-5-2, faisant émerger des joueurs comme le latéral lillois Mendyl, le défenseur central Da Costa et surtout au milieu, le pied droit dévastateur du joueur de Grenade Fajr (deux passes décisives et de nombreuses occasions provoquées). Même si la vitesse du capitaine Benatia et le faible impact des avants-centres sont à déplorer, les Marocains peuvent compter sur des éléments comme le milieu Boussoufa mais surtout sur la science africaine de leur sélectionneur pour rêver plus loin qu’un simple quart.

WANAProno : victoire de l’Egypte !

Difficile de se prononcer ! On s’attend à un match fermé tactiquement entre l’Argentin Cuper et le Français Renard mais la solidité défensive et le froid réalisme de la bande d’Essam Eh-Hadary mettront à mal la technicité des Marocains sur l’(affreuse) pelouse de Port-Gentil.

Laisser un commentaire