Le bilan culturel WANA de l’année 2016 en six dates clés !

par / Aucun commentaire / 26 décembre 2016

L’année 2016 a particulièrement été intense, notamment d’un point de vue culturel. Retour sur les sorties, les confirmations et les révélations littéraires, cinématographiques et musicales de l’année ! WANA fait son bilan culturel de 2016 en attendant les WANA Music Awards de vendredi prochain!

Bilan Culturel Littérature :

La confirmation :

1 septembre 2016.

Leila Slimani – Chanson douce.

C’est la consécration de l’année ! Deux ans après Dans le jardin de l’ogre, son premier roman, Leila Slimani a brillamment répondu aux attentes avec Chanson Douce. Dans ce thriller, l’auteure traite de la maternité via le prisme de la dépendance mutuelle qui se crée entre une mère et la femme payée pour garder et aimer son enfant, entre une employée de maison et ses employeurs. Un thriller social, un drame familial grâce auquel la romancière décroche le prestigieux prix Goncourt !

La révélation :

24 aout 2016.

Gaël Faye – Petit pays

Phénomène littéraire de la rentrée 2016, Petit pays raconte l’enfance tourmentée de Gabriel dans un Burundi malmené par la guerre civile. Encensé par la critique, Gaël Faye signe là son tout premier roman récompensé par le prix Goncourt des lycéens !

Mais aussi :

Hela Ouardi, Les derniers jours de Muhammad. Ali Zamir, Anguille Sous Roche. Nathacha Appanah, Tropique de la violence, Leonora Miano, Crépuscule du tourment

Les attendus de 2017 :

Emmanuel Dongala, La Sonate à Bridgetower, Abdellah Taïa, Celui qui est digne d’être aimé, Yaa Gyasi, No Home…

Bilan Culturel Cinéma :

La confirmation :

14 septembre 2016.

Mohamed Diab, Clash.

Synopsis : Le Caire, été 2013, deux ans après la révolution égyptienne. Au lendemain de la destitution du président islamiste Morsi, un jour de violentes émeutes, des dizaines de manifestants aux convictions politiques et religieuses divergentes sont embarqués dans un fourgon de police. Sauront-ils surmonter leurs différences pour s’en sortir ?

Après Les femmes du bus 678, Mohamed Diab continue de filmer son pays, ses forces, ses dérives et ses faiblesses. Il porte un regard militant, souvent sans concession, qui témoigne de nombreuses contradictions et de tensions permanentes. Clash s’inscrit dans cette démarche de recherche et de contemplation. Un cinéma de l’enfermement qui nous plonge au cœur de la tourmente égyptienne de 2013. Un huis-clos plutôt réussit, parfois drôle, mais limité par son dispositif qui empêche l’action et les personnages de gagner en profondeur. Le film demeure une portée symbolique, une allégorie de la situation égyptienne. Il exprime le fait que dans cette guerre civile, sans cohésion d’ensemble, il n’y aura aucun gagnant.

La révélation :

31 aout 2016.

Houda Benyamina, Divines.

Synopsis : Dans un ghetto où se côtoient trafics et religion, Dounia a soif de pouvoir et de réussite. Soutenue par Maimouna, sa meilleure amie, elle décide de suivre les traces de Rebecca, une dealeuse respectée. Sa rencontre avec Djigui, un jeune danseur troublant de sensualité, va bouleverser son quotidien. 

Ce film vaut vraiment le détour. A travers son héroïne, incarné par la sublime Oulaya Amamra, Houda Benyamina met en abîme de manière poétique les rêves et les ambitions propres à la jeunesse des cités françaises : la quête du matériel et du pouvoir, les aspirations spirituelles, le poids de la famille, l’amour et l’amitié. Les acteurs jouent à la perfection et ils sont sublimés par une réalisation efficace.

Mais aussi :

Mohamed Ben Attia, Hédi, Roschdy Zem, Chocolat, Mohamed Hamidi, La Vache, Farid Bentoumi, Good Luck Algeria, Mira Nair, Queen of Katwe…

Les attendus de 2017 :

Daouda Coulibaly, Wulu, Alaeddine Slim, The Last of Us, Said Khallaf, A Mile in My Shoes, Ludovic Bernard, L’ascension…

Bilan culturel Musique :

La confirmation :

1 mars 2016.

Eddy Kenzo, Zero To Hero.

Celui qui s’est fait connaître par le titre “Sitya Loss”, n’en fini pas de faire des tubes. Mariaroza,  Zigido, et So Good connaissent eux aussi un franc succès sur YouTube. Ce qui caractérise le chanteur, c’est une sonorité à la fois rétro des années 70-80 avec une touche de modernité. Edrisa Musuuza a connu une année 2015 particulièrement intense, qui fait de lui une figure incontournable de l’Ouganda et l’un des meilleurs artistes africains du moment ! «Zero to Hero» est un album de 22 titres, composé par un mélange de quelques-unes de ses anciennes chansons à succès et quelques inédits comme «Viva Africa».

La révélation :

15 avril 2016

MHD, MHD.

“Instant star” du rap sur Youtube avec ses vidéos AfroTrap, MHD est le précurseur de ce style mêlant musiques aux sonorités africaines et de trap. L’album reprend les titres qui ont cartonné sur le Net, les six parties Afro-Trap et des nouveaux titres, comme celui consacré au Lion Indomptable Roger Milla. Le rap de MHD ne brille pas par la profondeur de ses textes mais bien par sa vitalité frénétique et son sens imparable du rythme. Pour en savoir plus, lire la critique WANA de l’album.

Mais aussi :

Jain,  Zanaka – EP,  Patoranking, God Over Everything, Youssou N’Dour, Africa Rekk, Papa Wemba, Forever de Génération en Génération, Yemi Alade, Mama Africa…

Les attendus de 2017:

Serge Beynaud, Accelerate, Maitre Gims, La Ceinture noire,

N’oubliez pas, rendez-vous vendredi 30 décembre prochain pour la deuxième édition des WANA Music Awards !

Laisser un commentaire