Baobab+ aide les milieux ruraux africains à bénéficier du numérique !

par / Aucun commentaire / 12 septembre 2018

Sur le continent africain, les milieux ruraux sont défavorisés dans le domaine des nouvelles technologies. Dans l’éducation, les enfants et les jeunes scolarisés n’ont souvent pas accès aux manuels et kits scolaires qui leur permettront d’être au même niveau que leurs collègues des milieux urbains. Mais avec Baobab+, ce clivage numérique tend à changer.

Un objectif clair : faire concilier rural et numérique

Heureusement, les nouvelles technologies permettent de répondre à certains problèmes de ce genre. C’est dans ce domaine que la startup Baobab+ évolue depuis quelques années dans plusieurs pays du continent. Elle compte atteindre le maximum de foyers dans les milieux reculés que ce soit au Mali, au Sénégal, à Madagascar et en Côte d’Ivoire en leur fournissant des kits solaires et tablettes éducatives ; et qui dit accès aux kits scolaires dit accès a l’éducation.

Pour le promoteur Alexandre Coster, le but premier de Baobab+ est d’apporter une solution durable à l’électrification et la modernisation en milieu rural et soutenir l’éducation des élèves et enfants non-scolarisés.

Après une enfance en région parisienne et des études à la Sorbonne et à l’ESCD 3A de Lyon, avec une spécialisation « Afrique » sur l’entrepreneuriat dans l’hémisphère sud, il est en effet le créateur de l’Eticca Dakar, une école de commerce française offrant une formation initiale et continue en partenariat avec l’IAM. « J’avais envie d’entreprendre dans des secteurs à impact social. L’éducation est un premier volet que je souhaitais développer », explique le directeur et fondateur de la startup.

Alexandre Coster, fondateur de la startup Baobab+

L’accès à l’électricité pour l’accès à l’éducation

Sa première ambition était d’apporter un plus dans le secteur éducatif et pour après résoudre les inégalités concernant l’accès à l’électricité que connaissent nombre de pays africains et même à l’intérieur d’un même pays.

Baobab+ fournit des kits solaires aux populations en se basant sur le système « pay as you go ». Il consiste à devenir propriétaire d’un bien lorsque l’on finit de le payer en totalité. Autrement dit, en utilisant les kits solaires, les foyers ont la possibilité de payer 30 à 50 centimes d’euro par jour par paiement mobile jusqu’à ce que cela ne deviennent finalement leurs propriétés.  Les kits varient entre 150 et 500 dollars. « À chaque fois que le client paye, le système se débloque pour le nombre de jours payés et permet de devenir propriétaire de son kit à moyen terme, une fois la somme totale atteinte. Une fois cet objectif atteint, le client devient éligible à un crédit chez Microcred pour acheter sa tablette qu’il pourra recharger grâce à son kit solaire ».

Perspectives d’avenir

Maintenant que la start up est lancée les prochaines échéances pour Alexandre Coster, est d’atteindre les 150 000 foyers disposant de kit d’ici fin 2018. Baobab+ a reçu le soutien de l’Union européenne à hauteur de 500 000 euros pour développer l’offre Pay-as-you-go à Madagascar, à hauteur de 600 000 dollars, pour l’ensemble de ses activités.

Retrouvez Baobab+ sur :

Laisser un commentaire