Assassin’s Creed Origins : Plongée au cœur de l’Égypte antique !

par / Aucun commentaire / 1 novembre 2017

Ubisoft a décidé, pour le dernier épisode de la série Assassin’s Creed, de plonger en Afrique, plus précisément en Égypte antique pour fêter le 27 octobre dernier les 10 ans de la franchise avec la sortie de Assassin’s Creed Origins. Notre avis ! 

(Enfin) Un jeu vidéo et un héros africains

Assassin’s Creed a su devenir au fil des années une licence incontournable dans l’univers des jeux vidéo. Le jeu mélange un scénario de science-fiction et un univers médiéval basé sur des faits historiques mais qui on été fortement romancés par les réalisateurs. Après un premier épisode où l’histoire se déroule en Palestine (au moment des croisades) rencontrant un succès important, Ubisoft à décidé de produire différentes suites notamment en Italie (lors de la Renaissance) pour Assassin’s Creed 2, ou bien encore en Amérique et dans les Caraïbes pour les 3èmes et 4èmes épisodes de la série.

Cet opus vous emmène en l’an 48 avant Jésus-Christ, à l’époque où le Pharaon Ptolémée XIII gouverne l’Égypte. Son règne est menacé par les envies de pouvoir de l’emblématique Cléopâtre accompagnée de Jules César. Le joueur Incarne donc Bayek, un Medjay à l’époque de la création de la confrérie des Assassins, qui se voit ici traqué par les protecteurs du Pharaon et c’est après un drame que démarre votre quêteQuand en 2017 le joueur incarne Layla Hassan, une femme envoyée en Égypte qui explore les mémoires du fameux Bayek.

Le protagoniste de l’histoire : Bayek est un Égyptien noir originaire de Siwa, une oasis proche de la frontière libyenne. Il est rare dans ce genre de jeu vidéo de retrouver des héros noirs, et en général dans l’industrie (notamment dans le cinéma) on retrouve des acteurs blancs lorsqu’il s’agit de films sur l’Égypte antique. Un parti pris assumé par le réalisateur Raphaël Lacoste. « On a vu tous ces films avec des Blancs maquillés et on ne voulait surtout pas aller dans cette direction, mais montrer au contraire la multiplicité ethnique et la complexité culturelle de cette Égypte, entre l’invasion des Grecs et les peuples arrivant du Sud. »

Un univers et des graphismes fidèles à l’Egypte antique

Pour son retour,  la franchise canadienne a décidé de frapper un grand coup en proposant un monde immense et totalement ouvert mais qui n’est pas vide pour autantLa variété des paysages égyptiens sont dépeints avec soin que ce soit les nombreux déserts et oasis, les paysages montagneux, le Nil, les nombreux villages et grandes villes comme Alexandrie parfaitement réalisaient qui donne vraiment une sensation d’immersion, le tout accompagné par une bande-son qui colle parfaitement au contexte et aux décors visuels du jeuL’univers est très coloré « L’Égypte de Cléopâtre, c’est une Égypte vertes aux villes et aux temples colorés » explique Maxime Durand, historien qui travaille pour la franchisePour cet opus, Ubisoft a fait appel à des égyptologues afin que le jeu respecte au mieux l’histoire de l’Égypte antique et que l’épisode soit le plus réaliste possible.

Les pyramides ont été modélisées à la perfectionPourtant déjà vieilles de 2000 ans lors de la narration du jeu, elles ont été d’avantage blanchies et leur lueur dans le jeu est différente de ce que l’on connaît aujourd’hui. « Les grandes pyramides sur le plateau de Gizeh sont faites en pierres blanches polies. Il y avait un effet réfléchissant, presque aveuglant quand on les regardait, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, car elles ont été pillées et ce revêtement a disparu. » précise Raphaël Lacoste. 

Le phare d’Alexandrie, une des sept merveilles du monde à l’époque, a lui aussi été reproduit de très belle manière par les créateurs du jeu, en se basant sur les informations données par les égyptologues.

Les temples ont eux aussi été très bien travaillés et les créateurs se sont même laissés à quelques fantaisies comme l’architecture des hippodromes d’Alexandrie ou bien les combats de gladiateurs dans la ville de Sirène, bien qu’il n’y ait jamais eu d’arènes à Sirène. Les réalisateurs voulaient que l’influence romaine sur cette ville soit vraiment représentée et quoi de mieux qu’une arène et des combats de gladiateurs pour le plus grand plaisir du public.

Un rendu final à la hauteur des attentes pour les fans d’Assassin’s Creed

Disponible sur Xbox One et PS4, Assassin’s Creed Origins rend un bel hommage à l’Egypte antique et exploite parfaitement un univers, un pays et un continent africain peu utilisé dans les jeux vidéos et regorgeant d’inépuisables richesses.

Le jeu est sublime graphiquement et est une réussite qui saura satisfaire les fans absolus de la série mais aussi les nouveaux gamers.

Laisser un commentaire