Les Amazones d’Afrique : lutter pour le droit des femmes via la musique !

par / Aucun commentaire / 27 mars 2017

Pas moins de huit divas d’Afrique de l’Ouest,  et non des moindres, ont réuni leur voix pour  sensibiliser le monde dans le combat pour les femmes et contre les violences dont elles sont victimes. Tel est l’objectif des Amazones d’Afrique, un collectif féminin qui vient de signer un premier opus intitulé “République Amazone”.

Huit divas de la musique africaine se réunissent pour la bonne cause !

Une véritable dream-team. Voilà ce que constituent ces huit divas de l’Afrique de l’Ouest qui ont accepté de se réunir dans le collectif les Amazones d’Afrique. La star béninoise Angélique Kidjo, l’étoile montante nigériane du hip-hop/soul Nneka et la choriste gabonaise Pamela Badjogo accompagnent les Maliennes Mariam Doumbia, du duo Amadou et Mariam, la « dangereuse griotte » Kandia Kouyaté, la « rose de Bamako » Rokia Koné, la soliste Mamani Keita et la choriste Mariam Koné dans cette aventure. Toutes ces chanteuses font partie des voix les plus acclamées et respectées du continent. Leur musique, à l’image de leurs personnalités et de leurs énergies, est puissante. Une force nécessaire pour porter ce projet qui est avant tout un combat.

Réunies pour un disque et une tournée, ces musiciennes et chanteuses africaines mettent leur talent au service de la cause des femmes. Mamani Keita rappelle justement que «le viol est utilisé comme arme de guerre dans certaines zones de conflits.» Pour dénoncer ces violences, les Amazones apportent ainsi leur soutien à l’action du docteur Denis Mukwege. Tous les bénéfices du collectif seront renversés à la Fondation Panzi du chirurgien gynécologue connu pour les soins qu’il apporte depuis 18 ans aux victimes de violences sexuelles en République démocratique du Congo. « Nous ne sommes pas en guerre contre quiconque, certainement pas contre les hommes. L’album veut avant tout montrer que la femme est un être libre, et qu’il doit s’épanouir dans nos sociétés. Il s’agit de vivre », revendique Mariam Koné.

Les Amazones d’Afrique, nouvelles femmes guerrières.

Ces Amazones sont guidées musicalement par Liam Farrell. Le producteur franco-irlandais a su donner à cet album République amazone une esthétique à la fois blues version mandingue et pop aux rythmes électro et funk ! En témoigne le titre phare de cet opus, « I play the kora ». Interprétée collectivement par les Amazones d’Afrique, cette chanson revêt un caractère métaphorique. En effet, jouer de la kora, comme Madina N’Diaye dans ce titre, revient à s’approprier une tradition qui a longtemps été réservée aux hommes. Un symbole qui résume assez bien ce projet. Une fois passé leur concert à guichets fermés sur la scène de la philharmonie de Paris, le 12 mars dernier, Les Amazones d’Afrique ont sillonné l’Europe (Finlande, Pologne). Reste une dernière date : le 31 mars prochain en Suisse. « Nous voulons que le monde entier soit à l’écoute. Nous sommes écœurées de voir les femmes souffrir de la violence. Dans le cercle familial, dans les zones de conflit, nous voulons que ces pratiques cessent » résume Mariam Doumbia.

Pour Valérie Malot, à l’origine de ce projet, et responsable de 3D Family, « cette chanson est avant tout une lettre d’amour aux hommes» et d’ajouter « ce morceau a été le ciment pour les Amazones qui viennent d’univers distincts et chantent pour différents publics et différentes générations. Toutes sont devenues des ambassadrices de cette noble cause ». Les Amazones proposent au monde leur vision conquérante du rôle que la femme doit avoir au sein de la société, que ce soit en Afrique ou ailleurs. Un projet qui s’intègre parfaitement dans un contexte global de prise de conscience. Le développement passe par la protection, la préservation des droits et l’affranchissement de la femme. « Dans le domaine artistique, de l’entreprise, des associations, on voit aujourd’hui des femmes africaines en action », se réjouit Mariam Koné. Le progrès est là mais il reste encore beaucoup à faire !

Pour en savoir plus sur Les Amazones d’Afrique :

Sur Facebook 

Sur le site de 3D Family

Vous pouvez soutenir la Fondation Panzi en participant ici

Laisser un commentaire